Accueil » Fondation France Bois Forêt pour notre Patrimoine : les lauréats de la 2e édition !

Fondation France Bois Forêt pour notre Patrimoine : les lauréats de la 2e édition !

Posted Posted in La Lettre B

Le comité exécutif de la Fondation France Bois Forêt pour notre Patrimoine sous l’égide de la Fondation de France a désigné, le 15 décembre 2021, à l’issue de l’analyse des 19 dossiers reçus, les sept lauréats de la deuxième édition de son appel à projets.

Église Saint-Aubin (XIVe siècle), à Germenay, Nièvre (58)

Le parquet d’origine datant de 1924 s’est détérioré avec le temps et présente de nombreux trous et affaissements. Il sera remplacé par un nouveau parquet en chêne massif issu de forêts françaises, posé sur lambourdes par un artisan local. L’intervention permettra de maintenir la fréquentation de l’église. Des projets d’expositions et de concerts sont dans les cartons.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Patrimoine bâti de Loka et Boniville, à Papaïchton, Guyane (97)

Construites en bois local, deux maisons traditionnelles de la communauté des Alukus du Maroni, à l’architecture unique, seront réhabilitées dans le cadre d’un atelier chantier d’insertion (ACI). Les compétences acquises sur ce chantier permettront de développer les savoir-faire nécessaires aux métiers de la construction traditionnelle et contemporaine en bois.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Château de Saconay (XIVe siècle), à Pomeys, Rhône (69)PLÉBISCITÉ PAR LES INTERNAUTES !

Cet édifice est inscrit au titre des Monuments historiques. Sa restauration est un programme de longue haleine entamé en 1980. La restauration de la charpente du donjon, en très mauvais état, est indispensable à la stabilité de l’ensemble du bâtiment et se fera avec des chênes provenant de la propriété, le domaine comportant deux chênaies gérées durablement et certifiées PEFC. Un large réseau local incluant les maires des communes avoisinantes soutient la restauration du château qui contribue à la richesse du patrimoine des monts du Lyonnais.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Château d’Aumont (XIIIe siècle), à Boulogne-sur-Mer, Pas-de-Calais (62)

Construit entre 1227 et 1231 conjointement avec les fortifications de Boulogne-sur-Mer, ce château fut profondément modifié pour s’adapter à l’évolution des conflits armés.Le pont en bois à bascule de type tape-cul, indispensable à l’accès de l’édifice, est altéré. Il a été mis en sécurité à l’aide d’un étai provisoire en 2020 et fait l’objet d’une restauration avec de l’azobé pour l’ossature et du chêne pour le tablier. Le pont-levis est un passage obligé dans les circuits de promenades de la vieille ville mises en œuvre par la Mairie dans le cadre de l’attractivité de la cité.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Église communale Saint-Maurice (XIIe siècle), à Brabant-le-Roi, Meuse (55)

La toiture en ardoise de l’église laisse passer l’eau pluviale, ce qui met en péril la pérennité de l’édifice. La restauration de la charpente et de la toiture doit être entreprise pour sauvegarder le bâtiment qui participe au lien social des habitants et assure l’attractivité touristique de la commune. Cette restauration sera réalisée en épicéa des Vosges et en Douglas de Meuse.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Hôtel-Dieu de Galande (XIIIe siècle), à Senlis, Oise (60)

Situé dans le centre historique de Senlis, le bâti­ment est partiellement protégé au titre des Monu­ments historiques. Sa charpente contient des éléments anciens, mais sa composition est hétéroclite. Une consolidation structurelle et une réfection du clos et couvert sont nécessaires avec la reprise de la charpente historique en chêne dans le cadre de la réhabilitation et de l’aménagement de la grande salle médiévale qui accueillera des activités à caractère touristique.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Ferme des Arces-de-Morteau (XVIIIe siècle), à Nancray, Doubs (25)

Construite en 1784 au lieu-dit des Arces-de-Morteau, puis remontée sur le site de l’écomusée de plein air des Maisons comtoises de Nancray en 1985, cette ferme traditionnelle du haut Doubs est entièrement couverte de bois, charpente et couverture sont en tavaillons. En raison de la nouvelle altitude d’implantation de la maison, son pan à l’est nécessite une restauration. Ce chantier délicat nécessitant la maîtrise des techniques de taille des tavaillons sera réalisé en épicéa des forêts du massif du Jura.
> Découvrez la réalisation en vidéo

Vidéos réalisées par Plan Rapproché