Les rôles de la forêt

La forêt fournit de nombreux produits et services écosystémiques (bois, champignons, qualité de l’eau, chasse, récréation, préservation de la biodiversité…) sans oublier son rôle essentiel dans la régulation du carbone et du climat.

I – La forêt, un puits de carbone

À l’échelle de la planète, la forêt recouvre près de quatre milliards d’hectares de terre, soit 30% de la surface du globe. Elle représente, derrière les océans, le 2e plus grand puits de carbone. En France, chaque année 70 millions de tonnes de CO2 sont captées par la forêt. Au total, ce sont près de 8 gigatonnes de CO2 captées dans la forêt française (sol+biomasse).

Par bien des aspects, la forêt joue un rôle dans l’environnement en luttant notamment contre le réchauffement climatique en stockant du carbone. Ce rôle ne s’arrête pas à la forêt car le carbone reste stocké dans tous les produits bois. On estime que plus de 300 millions de tonnes de CO2 étaient stockés dans les produits bois en 2005. Et ce chiffre est en constante augmentation. La participation de la filière forêt-bois à la lutte contre le réchauffement climatique prend ainsi plusieurs formes : gestion durable de la ressource, récolte de bois et valorisation du matériau bois.

II – La forêt améliore la qualité de l’air et de l’eau et protège les sols

La forêt améliore la qualité de l’air et de l’eau par une action de filtration des poussières et des pollutions microbiennes.

Elle prévient l’érosion des sols car elle régule le cycle des eaux de pluie. Lors d’épisodes de pluie, le couvert de l’arbre capte une partie des eaux de pluie tandis qu’une part s’évapore et que le reste nourrit l’arbre et les nappes phréatiques qui vont alimenter les sources naturelles.

Les forêts ont un rôle majeur dans la régulation du climat à l’échelle mondiale par leur action sur le cycle de l’eau, particulièrement sur la répartition géographique et l’intensité des précipitations. Egalement sur les échanges d’eau avec le sol  et de vapeur d’eau avec l’atmosphère. Le système racinaire permet une grande circulation de l’eau arrivant au sol. En France métropolitaine, on estime que un mètre cube de bois représente 150 mètres cubes d’eau consommée par le peuplement.

III – Un équilibre à préserver

Les interactions entre les espèces et le milieu forestier sont indispensables à la préservation de la biodiversité. La forêt n’est pas seulement constituée d’arbres. Elle est, en effet, un habitat pour d’autres espèces végétales et animales. Ces espèces vivent en interdépendance. La forêt doit être gérée pour garantir le respect de cette dynamique. On retrouve notamment : mammifères, oiseaux, insectes et décomposeurs.

Outre son rôle naturel, la forêt répond à des enjeux économiques et sociaux importants :

  • la production de bois
  • la chasse
  • l’apiculture
  • la cueillette
  • les loisirs sportifs

Les professionnels de la gestion forestière œuvrent chaque jour pour la rendre plus efficace et pour préserver son écosystème. La gestion forestière >

L’Office National des Forêts , acteur majeur de la filière forêt-bois, rassemble près de 10 000 professionnels œuvrant au service de la gestion de 11 millions d’hectares de forêts publiques, en métropole et en outre-mer. Au quotidien, les forestiers veillent à l’entretien, au développement et au renouvellement de ces espaces. Leur gestion permet de concilier trois objectifs indissociables : répondre aux besoins des hommes grâce à la production et à la récolte de bois, préserver l’environnement et accueillir le public. L’ONF est membre de France Bois Forêt.
Rendez-vous sur www.onf.fr >

Le Centre National de la Propriété Forestière est un établissement public de l’Etat à caractère administratif au service des propriétaires forestiers. Placé sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, ses principales missions sont les suivantes : orienter la gestion des forêts privées / conseiller et former les propriétaires / regrouper la propriété privée. Le CNPF est partenaire de France Bois Forêt. Rendez-vous sur www.cnpf.fr >