Accueil » JO 2024, Village des athlètes : laboratoire d’essai

JO 2024, Village des athlètes : laboratoire d’essai

Posted Posted in La Lettre B

Pilotée par la Solidéo, la réalisation des ouvrages olympiques suit son cours, notamment avec le chantier du Village des athlètes. Si les travaux ont commencé avant l’entrée en vigueur de la RE 2020, cette opération bas carbone par excellence est l’occasion de tester des solutions qui correspondent aux directives de la nouvelle réglementation.

Vue d’ensemble du Village des athlètes. L’opération vise de nombreux labels et diverses certifications garantissant sa performance environnementale. Doc. : Solideo-Plasticine/Dominique Perrault/Ingérop/Une Fabrique de la Ville/VITEC/Agence TER/UrbanEco/Jean-Paul Lamoureux/Philippon-Kalt/Indiggo/AEU/Inuits/Artélia/Lavigne et Chéron

Construit sur une parcelle de 40 ha, à cheval entre les communes de Saint-Ouen, de Saint-Denis et de l’Île-Saint-Denis, le Village des athlètes accueillera 14 250 sportifs durant toute la période des Jeux olympiques et paralympiques avant d’être transformé en un quartier de ville durable avec des logements, des commerces, des équipements et des espaces verts. Aujourd’hui, c’est une véritable forêt de grues qui se dresse sur ce terrain qui a été partagé en trois secteurs, confiés à trois groupements.

Deux phases
Le secteur E, attribué à l’équipe de maîtrise d’ouvrage constituée de Nexity (mandataire), Eiffage Immobilier et CDC, représente, avec 58 000 m2 à réaliser, près de 25 % des ouvrages du Village. En tout, dix-neuf bâtiments seront construits sur cinq îlots distincts. L’un d’entre eux, en R + 7, sera un immeuble de bureaux.
Les dix-huit autres, en R + 5/ R + 6 et R + 10, accueilleront 527 logements où seront installés 2 490 athlètes. Tous les bâtiments du quartier ont été conçus selon le principe de réversibilité. Après les Jeux, les logements des athlètes seront reconvertis en habitations pérennes, ce qui a obligé Eiffage Immobilier à déposer cinq permis de construire « double état » : l’un concernant la première phase programmée pour la durée des JO, l’autre pour la « phase Héritage », définitive. Le passage d’une phase à l’autre sera rapide – les travaux de reconversion commenceront en novembre 2024 et seront terminés fin 2025.
La modi­fication du cloisonnement intérieur permettra notamment de supprimer des salles de bains et des WC, et de créer des séjours et des cuisines qui n’existent pas dans le projet conçu pour la première phase.

Trois modes constructifs
Les bâtiments, dessinés par sept agences d’architecture (Lambert Lénack, CoBe, KOZ, Atelier Georges, SOA, Dream, Barrault Pressacco), utilisent trois modes constructifs dont deux valorisent les technologies bois-construction :

  • poteaux-poutres en bois, plancher béton bas carbone et façades porteuses en murs ossature bois (MOB) dans les R + 5/R + 6 ;
  • poteaux-poutres en bois, plancher béton bas carbone et façades ossature bois rapportées (FOB) pour l’immeuble de bureaux R + 7.

Certaines techniques étant considérées comme expérimentales, l’entreprise a pu obtenir des Atex de type b, particulièrement en ce qui concerne les façades à structure bois.
« Il s’agissait notamment de valider la partie isolant laine de bois à l’intérieur des façades MOB, explique Olivier Bienaimé, directeur opérationnel pour Eiffage Construction sur le Village des athlètes. Nous avons également travaillé sur les différents revêtements extérieurs : briques pleines, tuiles, bardage métallique, en terre cuite. »

Secteur E à Saint-Ouen (93) du Village des athlètes. La remise des ouvrages « phase Jeux » est programmée pour le 1er mars 2024. Doc. : Solideo/Nexity-Eiffage Immobilier-CDC Habitat-EDF-Groupama

80 % des bois de provenance française
Les poteaux et les poutres bois sont réalisés en lamellé-collé d’épicéa fourni par Euro Lamellé. C’est l’entreprise Savare, filiale d’Eiffage Construction, qui s’est chargée de la préfabrication des éléments acheminés ensuite sur le chantier. « Le bois utilisé pour la structure provient à 80 % des forêts françaises, précise Olivier Bienaimé. Les treize ouvrages mixtes bois/béton mettent en œuvre 4 000 m3 de bois lamellé-collé d’origine française et environ 800 m3 de lamibois de hêtre, fabriqué en Autriche par Pollmeier. »


Le réemploi et les performances énergétiques
Environ 75 % des matériaux mis en œuvre pour la « phase Jeux » doivent pouvoir être démontés et réutilisés, ce qui permettra une réduction d’au moins 5 % du bilan carbone. L’idée est de favoriser le réemploi de matériaux issus de surplus de chantier ou de déconstruction. On estime que la « phase Héritage » intégrera les équipements réemployés à hauteur d’au minimum 10 %.
En ce qui concerne l’efficacité énergétique du bâti, le projet prévoit Gain Bbio 40 % pour les logements et 35 % pour les bureaux. Plusieurs systèmes seront déployés pour atteindre ces objectifs : ventilation simple flux (logements), double flux (bureaux) ; planchers réversibles (logements) ; réseau de chaleur urbain avec 68 % d’énergie renouvelable ; autoconsommation de l’électricité à hauteur de 19 % assurée par les panneaux photovoltaïques.


VILLAGE DES ATHLÈTES SECTEUR E

THÈME : réversibilité des constructions ESSENCE UTILISÉE : épicéa (80 % de la structure)

ENTREPRISE BOIS : Savare (filiale d’Eiffage Construction), préfabrication des éléments structurels en épicéa

ANNÉE DE LIVRAISON : Village olympique : fin 2023 • Transformation du village olympique en quartier de ville : 2025

LIEU : Saint-Ouen, Seine-Saint-Denis

SITES INTERNET MAÎTRISE D’OEUVRE : cobe.frkoz.frateliergeorges.frdream.archilambertlenack.combarraultpressacco.comsoa.archi/fr/architecture