Le meuble Gautier : l’excellence made in France

Le meuble Gautier : l’excellence made in France

Site de Chantonnay, en Vendée, avec un aperçu du parc à bois

Depuis soixante ans, l’entreprise tricolore d’ameublement Gautier produit du mobilier fabriqué en France et, au fil des années, de plus en plus écoresponsable. Zoom sur une entreprise pas comme les autres.

Le 100 % made in France, c’est possible ! La démonstration par l’exemple. En Vendée, une entreprise familiale bien connue conçoit et fabrique des meubles, dont la production est à 100 % tricolore. Cette société, c’est Gautier : 72 magasins implantés dans l’Hexagone (120 dans le monde) et 8 000 meubles produits par jour dans ses usines. L’industriel n’a pas attendu, en effet, la transition énergétique et la crise climatique pour se mettre au vert, assure-t-il. « Depuis 1960, nous concevons et fabriquons des meubles dont la production est assurée en France, sur nos sites implantés en Vendée, dotés d’outils industriels à la pointe de la technologie », peut-on lire sur le site de la société. Du bois au produit manufacturé, Gautier maîtrise sa chaîne de fabrication de bout en bout.

Proximité

Photo : Gautier France

Cette société achète pas moins de 85 000 tonnes de bois par an et exploite un matériau issu à 100 % de forêts françaises. Cerise sur le meuble, sont privilégiés les circuits courts. Soit dans un rayon de 300 km au maximum autour de ses usines vendéennes. Le bois exploité est majoritairement du pin maritime, provenant des régions bordelaise, angevine et tourangelle. Cela dit, le groupe Lefebvre devrait lui fournir du hêtre pour une prochaine ligne de produits. Délai de production ? De 6 à 12 mois, ce qui équivaut à 25 % de nouveautés chaque année dans les rayons. « Au-delà de nos équipes mobilisées directement par notre production, nous travaillons majoritairement avec des PME françaises et européennes avec lesquelles nous collaborons depuis, en moyenne, une dizaine d’années. Certains de nos fournisseurs nous accompagnent depuis plus de 40 ans ! », se félicite l’industriel. Écoconception Depuis novembre 2012, Gautier est aussi certifié PEFC. Une certification qui, pour rappel, porte sur la traçabilité du bois et la gestion durable des forêts. L’entreprise justifie ce choix comme suit : « La certification PEFC de Gautier s’inscrivait dans une démarche globale de protection de l’environnement et des personnes. Avec l’Iso 14001 et la norme NF Environnement, l’entreprise a appliqué une logique d’écoconception à ses sites industriels. » Un choix qui permet également à Gautier de garantir, sur le papier, le respect de la ressource et du cycle naturel de la forêt. Actuellement, c’est 92  % de l’offre de l’industriel qui est certifiée. En 2007, Gautier a été la première entreprise de mobilier à recevoir la triple certification : Qualité, Sécurité et Environnement. « En 2006, l’entreprise était également pionnière sur son marché en utilisant “des laques hydro”, sans solvant et à base d’eau », précise l’industriel sur son site internet. Plus tôt encore, en 2005, Gautier avait reçu le premier prix Entreprises et Environnement, prix officiel du ministère de l’Écologie et du Développement durable. « En 2011, les efforts pour limiter les émissions en formaldéhyde lui ont permis d’obtenir la norme Carb2, preuve sans équivoque d’un panneau fiable et durable », ajoute-t-il.

Recycler l’ancien

Gautier, c’est aussi une écoparticipation reversée à Éco-Mobilier, organisme agréé par l’État ciblé

Photo : Thomas Louapre

sur la collecte, le tri, le recyclage et la valorisation du vieux mobilier. Et ce en partenariat avec des collectivités locales ou associations de type Emmaüs. Un dispositif qui fonctionne, selon les chiffres. À titre d’exemple, en 2016, Éco-mobilier a collecté 366 000 tonnes de meubles usagés via 3 000 points de collecte. 58 % ont été transformés en matières premières recyclées, et 33 % revalorisés en énergie. Un cahier des charges peut-être contraignant, mais qui n’érode en rien les performances de l’entreprise ni ne la fragilise face à la concurrence ? Au vu de ses résultats récents, ce serait même un modèle à valoriser. Après le premier confinement par exemple, et depuis la réouverture des commerces, la croissance de l’entreprise a bondi de 62 %. Une croissance qui s’est confirmée les mois suivants : 25 % en juillet et en août, puis 19 % en septembre.
Il faut dire que rester enfermé chez soi pendant des mois, ça aide à repenser sa déco ! Fort de son succès, la famille Gautier ambitionne d’ouvrir sa quatrième usine vendéenne à Saint-Prouant, en Vendée.

Pour en savoir plus :