LA RECONSTRUCTION DE NOTRE-DAME DE PARIS Déplacement en forêt domaniale de Bercé le vendredi 5 mars 2021

Quand forêts privée et publique se mobilisent avec la filière France Bois Forêt pour reconstruire Notre-Dame de Paris.
Fiers d’accompagner Madame la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot et Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie pour choisir les chênes qui soutiendront la charpente de la cathédrale.
Découvrez le communiqué de presse officiel de l’événement :
Lire le communiqué de presse

 

L’intervention du président de France Bois Forêt :

Madame la ministre,
Monsieur le ministre,
Mon général,
Monsieur le directeur général,
Messieurs les Architectes en Chef des Monuments Historiques,
Mesdames et Messieurs,

L’interprofession nationale de la filière forêt bois, France Bois Forêt, s’est engagée dès le lendemain du tragique incendie à mobiliser tous ses membres pour qu’ils deviennent des mécènes au service de la restitution de la charpente et la flèche de Notre Dame de Paris en bois de chêne massif.

Guidé par l’émotion et un grand élan de solidarité, le conseil d’administration de France Bois Forêt a décidé à l’unanimité dès le 18 avril 2019 d’offrir les chênes : les arbres et leur sciage.

Le grand nombre de bêtises proférées dès la nuit du 15 avril 2019 a conforté cette décision :

  • « La reconstruction en bois de Notre-Dame de Paris est impossible ! »
  • « La France n’a plus les chênes centenaires du Moyen-Age »
  • « La France n’a plus les savoir-faire et, pire, »
  • « La forêt française serait pillée. »

Depuis cette date, la filière s’est mise au service des architectes en chef et du futur établissement public pour la reconstruction de Notre-Dame.

Ces chênes que nous récoltons aujourd’hui, nous les devons à des générations de forestiers qui ont perpétué la futaie régulière décidée par Colbert en 1669. Ils ont ainsi créé les admirables forêts cathédrales, symbole de ce qui se fait de mieux en gestion forestière dans le monde. Et aujourd’hui nos sylviculteurs régénèrent ou plantent ces petits chênes qui serviront demain à nos usages les plus spectaculaires mais aussi les plus simples.
Ils transmettent les savoir-faire et je vous demande d’admirer la richesse de la régénération naturelle sous ces arbres bicentenaires que vous allez marquer aujourd’hui.
Symboliquement, les 1000 chênes pour la flèche et le transept, seront récoltés dans toutes les régions de France métropolitaine.

Saluons ici en forêt de Bercé les compétences des équipes de l’ONF, des communes forestières, des propriétaires privés, des coopératives, des exploitants forestiers, gestionnaires experts et de tous ceux qui maitrisent les techniques de la gestion durable de nos forêts et qui travaillent pour les générations futures tout en prenant en compte les bouleversements climatiques et sanitaires.

Saluons aussi tous nos industriels de la transformation du matériau bois, plus particulièrement les scieurs qui dans les mois qui viennent réaliseront les pièces de charpente et en prendront soin avant de les livrer, à la fin de 2022, aux charpentiers qui relèveront la flèche de Notre-Dame.

Saluons tous ces charpentiers qui perpétuent l’art du trait pour reconstruire de tels chef d’œuvre.

Saluons enfin les charpentiers du Moyen-Age dont le génie a permis l’édification de cette cathédrale, monument emblématique de Paris que le monde entier nous envie.

Ainsi depuis le Moyen-Age jusqu’aux Jeux Olympiques de Paris, le matériau bois est toujours présent. En 2024, plus de 2 milliards de téléspectateurs du monde assisteront à la renaissance de Notre Dame de Paris et à l’inauguration des Jeux. Ainsi dans l’histoire, le bois ne cesse de trouver sa place légitime en faisant progresser la création et l’innovation.

Du plus loin que l’on remonte dans le temps de notre belle Histoire, l’homme a toujours eu besoin du bois. Ce bois qui lui a toujours servi principalement à se chauffer et à chauffer ses aliments, mais aussi à construire. L’homme a toujours eu besoin de la forêt et la forêt ne s’est jamais autant développée que grâce au travail et à l’attention de l’homme.

Alors qu’une minorité le conteste, cette mobilisation sans précédent dans nos forêts françaises, permettra de faire mieux comprendre à nos concitoyens, que récolter en forêt des arbres en appliquant une gestion durable a du sens et n’est, en aucun cas, un anathème.

Quel meilleur exemple que la charpente de Notre-Dame pour faire comprendre aux français le rôle majeur du bois pour le stockage du carbone, ce qui fait du bois et de la forêt le meilleur moyen pour lutter contre le réchauffement climatique en réduisant la concentration des gaz à effet de serre.

Pour conclure je rappellerai un seul chiffre : 392.700 emplois directs non délocalisables constituent dans toutes les régions de France une filière forêt bois dynamique.
Je veux aussi saluer tout particulièrement Philippe Gourmain pour son dévouement à cette noble cause.

Cette filière est fière de l’aide qu’elle apporte à la reconstruction de Notre Dame de Paris.

Je vous remercie

Michel Druilhe

Photos : © David Bordes / Etablissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris