Les Bogues du Blat : manifeste du construire-ensemble

CONSTRUCTION / LOGEMENT COLLECTIF

* THÈME : construction d’un habitat social
écologique et évolutif
* ESSENCE FRANÇAISE : pin Douglas
* ENTREPRISE BOIS : Charpente Cénomane
* ANNÉE DE LIVRAISON : 2014 (1re tranche)
et 2016 (2e tranc he)
* LIEU : Beaumont, A rdèche (07), Auvergne-Rhône-Alpes
* SITE INTERNET : construire-architectes.over-blog.com

Structure sur pilotis, ossature bois, charpente en ogive1… Ces six maisons en bois français sont les pionnières d’un habitat social pas comme les autres. Retour sur Les Bogues du Blat : un chantier participatif unique en son genre. 

_____________________________________________
1 Arc diagonal sous une voûte gothique, qui en marque l’arête ou arc brisé. 

Ces maisons en bois sont construites sur un même module de base : 4 m de largeur sur 8 m de longueur. Elles sont orientées au sud ou à l’est, dans le sens de la pente.

« Beaumont est une commune reculée de 230 habitants, qui se trouve dans un cul-de-sac, sur l’une des pentes du coteau cévenol de l’Ardèche méridionale. La route est si étroite que deux voitures peinent à s’y croiser… C’est un peu le bout du bout », décrit Loïc Julienne, architecte de l’atelier Construire, en charge du projet avec Patrick Bouchain et Sébastien Eymard. Comme dans nombre de villages, le renouvellement de la population n’est pas des plus faciles, d’autant que l’accès au foncier est, aujourd’hui, très onéreux. Pour remédier à cette dévitalisation inexorable, la municipalité s’est engagée dans une politique dynamique avec le soutien de la Fondation de France, dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires et du programme Habitat, Développement social et Territoires. 

Assemblage sur place de tous les éléments de charpente taillés au préalable en usine

Bois français à l’honneur 

Objectif : solliciter un artiste – ici, un architecte – pour « concevoir un habitat social rural accessible et favoriser ainsi l’installation durable de jeunes actifs ». Au-delà du programme proprement dit – la conception de sept logements –, c’est un véritable engagement collectif et une aventure humaine qui a réuni non seulement les élus, les maîtres d’oeuvre, les entreprises locales, mais aussi la population et… les futurs locataires : une demande inédite des architectes, inédite voire contraire aux pratiques du logement social, mais qui a permis d’impliquer ces nouveaux habitants dans l’ensemble du processus de construction (voir encadré). 

Outre l’ambition « de construire ensemble », ce chantier public a fait l’objet d’une attention particulière en termes de respect de l’environnement, de choix de matériaux biosourcés. Très vite, l’unité de base pour ces logements est retenue : ce sera la maison. Six au total, en bois, construites en deux tranches sur la châtaigneraie centenaire de Beaumont qui n’était plus exploitée. Toutes présentent une structure sur pilotis et une charpente en ogive évoquant la bogue de châtaigne. Et le bois joue, ici, une partition très française, en l’occurrence, le pin Douglas utilisé pour les charpentes sous forme de lamellé-collé, et même très locale pour les bardages : « La commune avait planté, dans les années cinquante, des pins Douglas qui ont donc servi à réaliser tous les bardages ! », explique l’architecte. En outre, la construction sur pilotis a permis d’implanter chacune des habitations à cheval sur plusieurs faïsses2 sans nécessiter de terrassement qui aurait pu endommager le site. 

Les grands portiques des charpentes ont été acheminés par camion. Quant aux autres éléments – pannes, chevrons et solives –, tous en bois massif, ils ont été réalisés en usine, puis assemblés sur place. Le tout est monté en quinze jours, y compris la pose des panneaux de toiture.

________________________________________________________________________
2Désigne la terrasse ou gradin de culture, bande de terre soutenue par un mur en pierres sèches : le paret.

Un chantier participatif et festif à l’échelle de la commune.
Si les terrasses et les balcons diffèrent selon l’orientation et la pente du terrain, tous offrent des points de vue magnifiques jusqu’aux gorges de l’Ardèche
Une charpente en ogive qui rappelle la bogue de châtaigne.

Maîtrise d’ouvrage : Commune de Beaumont (07)
Maîtrise d’oeuvre : atelier Construire (Patrick Bouchain, Loïc Julienne et Sébastien Eymard)
Coût de chaque maison : entre 150 et 160 k€ HT 

Un habitat évolutif 

« Nous avons également réfléchi tous ensemble à la manière dont cet habitat pourrait accompagner ces nouveaux venus pour qu’ils fassent souche dans cette commune. » Résultat : un volume suffisamment important pour être adapté à la configuration familiale initiale et, surtout, en favoriser l’évolution dans le temps. Plus concrètement, ces six habitations, du studio aux deux-pièces, ont été construites à partir d’un module identique, à savoir, 4 m de largeur sur 8 m de longueur, auquel peuvent s’ajouter jusqu’à trois pièces supplémentaires. Soit des surfaces de 42 à 77 m2. Leur structure sur pilotis et les longues terrasses offrent une grande hauteur « et donc des points de vue au-delà des arbres », tandis que la charpente en ogive donne aux intérieurs l’apparence de nefs. Toutes sont livrées avec un espace initial confortable et habitable (rez-de-chaussée avec alcôve), c’est-à-dire pourvu d’une isolation en ouate de cellulose, chauffage avec poêle à bois et électricité. Les équipements techniques sont dimensionnés pour faciliter une occupation progressive du volume dans les étages supérieurs, qui seront auto-aménagés par le locataire au gré de ses besoins. « C’est un projet gagnant/gagnant : pour la mairie qui a l’assurance de “fidéliser” un habitant, et pour ce dernier qui a la garantie de payer toujours le même loyer, quand bien même il augmente sa surface habitable. » 

À travers ce programme qui met en exergue une alternative pertinente de l’habitat social, « l’acte de construire prend une dimension culturelle, collective, mais aussi festive ». Une démarche – ou plutôt « une philosophie d’action » – qui nous laisse entrevoir une autre façon « d’habiter ensemble ».