Prix national de la construction bois 2020 : le bois français à l’honneur

Le Prix national de la construction bois (PNCB) a dévoilé, le 3 juin dernier, les lauréats de sa 9e édition. Un événement France Bois Régions cofinancé par France Bois Forêt et le Codifab1, placé sous le signe de la ressource locale. Zoom.

Créé en 2012 pour mettre en avant les projets architecturaux issus de la filière forêt-bois, le Prix national de la construction bois a recueilli, cette année, pas moins de 728 candidatures, soit 150 de plus qu’en 2019 ! Particularité de cette 9e édition : une place de choix accordée au bois local. « En effet, ce qui est ressorti de ces projets très variés, c’est le recours à la ressource de proximité, la recherche de la performance énergétique et l’insertion paysagère », explique Clémentine Noble, chargée de projet du PNCB. Mais pas seulement. Les matériaux biosourcés et la paille ont aussi su tirer leur épingle du jeu. « Ce ne sont pas nécessairement de gros projets, mais tous sont de grande qualité. »

Plate-forme dédiée
Autre nouveauté, la subdivision en deux catégories de l’aménagement : intérieur et extérieur. Ce qui nous amène à huit catégories (voir encadré). Concernant la valorisation des lauréats, le jury a dû composer avec la pandémie de la Covid-19. Pas de remise de prix physique donc – « Normalement, prévue à Paris sur une journée animée de conférences. » À la place, neuf vidéos de présentation des projets primés (2 minutes chacune) sont en cours de réalisation. Elles seront diffusées fin septembre sur les réseaux sociaux, les sites internet des lauréats et des partenaires. Dans le même temps, un ouvrage (version papier et numérique) de 100 pages sera édité, déclinant les 99 projets présentés au jury national. En parallèle, notre site panoramabois.fr référence l’ensemble des candi­datures depuis 2012 (un peu plus de 4 211). « Y sont recensés tous les projets, avec leurs caractéristiques techniques et leur localisation », accessibles par mots clés, par exemple, le nom de l’architecte.

École maternelle Vincent-Auriol, Paris (75). © Charly Broyez
Domaine de l’Hortus, cave viti-vinicole, Valflaunès (34). ©Michele Orliac
Little Atlantique Brewery (LAB), Nantes (44). ©David Gallard
Bâtiment Sensations, Strasbourg (67). ©Cécile Septet/Koz/ASP
Maison individuelle, Mouvaux (59). © Julien Lanoo
La Cour sur Blangy, Blangy-le-Château (14). ©Jérôme Bachet
Au cœur du bois, Rennes (35). © Jérôme Bachet
Auvent de l’école du village d’Évisa, Corse (20). ©D. Giancatarina/J.Kerdraon
halle économique et culturelle, Faverges-Seythenex (74). ©Atelier Nao
©Atelier Nao

Pour en savoir plus
• prixnational-boisconstruction.org
• panoramabois.fr
• codifab.fr
• franceboisregions.fr
• pefc-france.org
• cndb.org
• lefrenchdesign.org

PROGRAMME
Réf. FBF : 19PC985
Budget FBF : 60 k€

________________________________________________________________________________________________________________
1
Comité professionnel de développement des industries françaises de l’ameublement et du bois. Autres partenaires : PEFC France, Comité national pour le développement du bois (CNDB) et French Design by VIA (Valorisation de l’innovation dans l’ameublement).

Les huit lauréats et la mention spéciale du jury

Apprendre, se divertir : école maternelle Vincent-Auriol, Paris (75)
Architectes : LA Architectes (75)
et Atelier Desmichelle (75)
Essences : épicéa commun et mélèze (France), épicéa (Europe)
Points forts : matériaux biosourcés et géosourcés (paille, bois, terre), label PassivHaus.

Travailler, accueillir : domaine de l’Hortus, cave viti-vinicole – Valflaunès (34)
Architectes : Michèle & Miquel (31)
Essences : pin Douglas (Occitanie), sapin et pin d’Alep (Europe)
Points forts : insertion paysagère, bâtiment bioclimatique…

Réhabiliter un équipement : Little Atlantique Brewery (LAB), Nantes (44)
Architectes : Christophe Theilmann, architecte scénographe (44),
et Arthur Barbara (44)
Essences : pin Douglas et épicéa commun (Bourgogne-Franche-Comté)
Points forts : valorisation des matériaux existants, fermes ciseaux en diagonale…

Habiter ensemble : Sensations, Strasbourg (67)
Architectes : Koz Architectes (75)
et ASP Architecture (88)
Essences : épicéa, pin Douglas
et pin sylvestre (Europe)
Points forts : premier immeuble bois de grande hauteur (11 étages), 100 % bois, bas carbone.

Habiter une maison : maison individuelle, Mouvaux (59)
Architectes : Tank Architectes (59)
Essences locales : bouleau, épicéa commun et chêne
Points forts : formes douces reprenant la végétation alentour.

Réhabiliter un logement : La Cour sur Blangy , Blangy-le-Château (14)
Architectes : Per Rasmusson Architecte (75)
Essences : épicéa (France)
et peuplier (Dordogne précisément)
Points forts : conception bioclimatique, matériaux biosourcés (bois, laine de bois, liège).

Aménagement intérieur : Au cœur du bois, Rennes (35)
Architectes : Mos Atelier (56)
et La Tricoterie (56)
Essences : peuplier (Pays de la Loire et Bretagne), châtaignier (Bretagne), chêne (France)
Points forts : bien-être
au travail.

Aménagement extérieur : auvent de l’école du village d’Évisa, Corse (20)
Architectes : Orma Architettura (20)
Essences : châtaignier
et pin Laricio (locaux)
Points forts : un des premiers ouvrages français certifiés PEFC, insertion paysagère.

Mention spéciale du jury : Halle économique et culturelle, Faverges-Seythenex (74), hommage à l’architecte Jacques Anglade
Architectes : Atelier Nao (38)
Essences : pin Douglas
(Auvergne-Rhône-Alpes), châtaignier (Nouvelle-Aquitaine)
et épicéa (Europe)
Points forts : technicité
et mutabilité.