Zoom sur les métiers de la forêt et du bois – Fabriquer / produire

FABRIQUER, PRODUIRE

OPÉRATEUR/TRICE EN SCIERIE : FORMATION CAP conducteur-opérateur de scierie, CAP mécanicien conducteur scieries et industries mécaniques du bois option mécanicien affûteur de sciage, tranchage, déroulage. QUALITÉS concentration, sang-froid, technicité.

Aux commandes de leurs machines respectives, Jérémy et Jordan sont des maillons essentiels de la scierie. Alors que Jérémy travaille en contact direct avec le bois, Jordan veille au bon état des lames. Pour tous deux, les perspectives sont bonnes puisque
le secteur de la scierie est toujours à la recherche de jeunes qualifiés.

JÉRÉMY LEMERCIER, 28 ANS PILOTE DE SCIE CHEZ MATHIEU SCIERIE

J’ai fait un bac STI (sciences et technologies industrielles)* option bois, puis un BTS productique bois et ameublement option développe-ment et industrialisation** au cours duquel j’ai découvert les métiers de la scierie. J’ai commencé par un remplacement à la scierie Mathieu avant d’y être embauché. Je suis passé par différents postes qui m’ont permis de bien connaître le bois. C’est essentiel pour piloter la scie à ruban, qui donne le rythme à toute l’usine puisqu’on y fait la première coupe des grumes. En observant le bois et avec l’expérience, je sais apprécier sa qualité et donc en quoi il peut être transformé (bois de haute qualité pour la menuiserie, bois de charpente ou emballage). Il faut être calme et concentré pour ne pas gâcher de matière première, et garder le rythme car je fournis en bois toutes les machines. Cela peut être stressant, mais c’est aussi valorisant d’être à un tel poste-clé.

_____________________________
* Devenu depuis le bac STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable).
** Devenu depuis le BTS développement et réalisation bois.

JORDAN RESSAY, 24 ANS RESPONSABLE AFFÛTAGE CHEZ DUCRET SCIERIE

Après la 5e, j’ai préparé un CAP conducteur- opérateur de scierie puis un autre CAP, pour devenir affûteur, que j’ai obtenu à l’École technique du bois. Avant la fin de ma formation, j’avais déjà plusieurs propositions d’embauche. J’ai choisi la scierie Ducret, en partie parce que mon père y travaillait déjà. Nous sommes trois affûteurs au milieu de l’atelier. Je suis chargé plus spé-cialement des scies circulaires, et des couteaux des broyeurs et rabots. Chaque jour, j’affûte 20 à 30 lames circulaires. Cela se fait sous arrosage d’huile pour éviter qu’elles ne chauffent et se cassent. Lorsqu’on m’apporte une lame, je commence par l’observer pour repérer d’éventuelles bosses ou des dents abîmées à réparer. Je vérifie aussi sa tension. Ce n’est pas un métier très physique, mais il demande beaucoup d’attention car une lame abîmée peut bloquer toute une scierie !

_____________________
* CAP mécanicien conducteur scieries et industries mécaniques du bois option mécanicien affûteur de sciage, tranchage, déroulage.