Surveillance phytosanitaire aérienne et satellitaire

Surveiller de façon permanente l’état sanitaire des pins maritimes du massif des Landes de Gascogne par télédétection. C’est un des fronts sur lequel opère la Caisse Phyto Forêt1, avec le soutien financier de France Bois Forêt.

Limiter les risques sanitaires en forêt implique une surveillance poussée pour une détection précoce des foyers éventuels de mortalité. Notamment par la télédétection par satellite. C’est une des missions de la Caisse Phyto Forêt, dans le massif des Landes de Gascogne, la plus grande forêt cultivée d’Europe, mise à mal par les tempêtes de 1999 et 2009, puis par les attaques parasitaires. Ces épisodes de crise ont démontré la nécessité d’instaurer une surveillance en continu au service d’une plus grande réactivité.

Des images accessibles et gratuites

Prolongement du programme 2015-2017, la phase 2018-2019 réunit, à travers une convention, ladite caisse, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’Irstea2 et Telespazio3. Si l’objectif est une continuité de services par télé­détection, sa nouveauté réside dans une partie recherche et développement visant notamment à perfectionner le système : « Il nous fallait identifier les outils de demain, plus compétitifs sur le plan économique et plus efficaces. Ainsi, en 2018, nous utilisions encore le satellite RapidEye, qui avait l’inconvénient d’être onéreux : 1 euro le km2. Mais dans le même temps, nous avons comparé trois types d’images – RapidEye, Spot 6-7 et Sentinel-2 – en termes de résolutions spatiale et temporelle », explique Gaëlle Burlot, chargée de mission Ressource et Sanitaire à la Caisse Phyto Forêt. Entre autres atouts : leur gratuité et leur accessibilité. « En 2019, nous avons donc basculé sur les images Sentinel-2 : une résolution spatiale certes moindre – 10 m –, mais une meilleure résolution temporelle. L’idée étant la mise en œuvre de ces outils pour contrôler l’état sanitaire presque en temps réel, suivre son évolution et être réactifs en cas de problèmes pour limiter les propagations éventuelles. » Ce dispositif vient en complément de la surveillance terrain des correspondants observateurs
(une quarantaine sur la région dépendant du Département santé des forêts de la Draaf4), qui ne peuvent avoir une vision du sol exhaustive – « certaines zones échappent à leur regard ».
Plus concrètement, les données recueillies peuvent mettre en évidence des foyers d’anomalies, voire de mortalités. Après identification des zones géographiques concernées, un ULM réalise des images aériennes avec une résolution de 5 cm pour caractériser plus précisément la nature de ces anomalies : scolytes, champignons, sécheresse, incendies, simples travaux sylvicoles ou végétation basse (fougère, éclaircie avec houppiers laissés sur parcelle), etc. « Il s’agit d’affiner l’identification de manière à éviter les déplacements superflus. Les foyers suspects retenus sont alors visités par les correspondants observateurs pour en déterminer la cause. » Et agir en conséquence.

L’insecte du genre capricorne, vecteur du nématode du pin. © Dominique Piou/Maaf
Autre action de la Caisse Phyto Forêt, l’expérimentation de colorants rouges compatibles avec l’application du Rotstop, produit utilisé contre le développement du fomes, champignon racinaire attaquant les souches fraîches, pathogène pour les arbres sains. © Caisse Phyto Forêt

______________________________
1 Caisse de prévoyance et de protection des forêts du Sud-Ouest, créée en 2013 par le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest.
2 Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, devenu Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) avec l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).
3 Coentreprise franco-italienne de l’industrie spatiale spécialisée dans les services liés à la mise en œuvre des satellites.
4 Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt.

Pour en savoir plus :
maisondelaforet-sudouest.com
irstea.fr

Réf. FBF : 18RD1029
Budget FBF : 28 k€

Les missions de la Caisse Phyto Forêt
La Caisse de prévoyance et de protection des forêts du Sud-Ouest,
Caisse Phyto Forêt, a été créée par le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest afin d’organiser concrètement le financement d’actions collectives
en matière phytosanitaire sur le massif des Landes de Gascogne ainsi que celui de programmes de recherche afin de mieux connaître et de prévenir les risques en forêt. L’objet de cette association est d’agir en matière de protection des risques phytosanitaires (donc non assurables) et d’organiser notamment une surveillance permanente des mortalités en forêt. La Caisse peut également procéder à des campagnes de traitement contre les attaques parasitaires (scolytes, fomes, chenilles, etc.).