France Bois Forêt mise sur le bois avec les bâtiments agricoles

Confort des animaux, organisation de l’espace, solidité, durabilité, respect de l’environnement : les solutions bois répondent parfaitement aux exigences des bâtiments d’élevage. Des solutions qui mobilisent de plus en plus
les essences françaises.

Traditionnellement utilisé dans la fabri­cation des bâtiments agricoles, le bois continue de séduire par ses multiples atouts. Léger et facile à travailler, il est très apprécié pour sa transformation et sa simplicité de mise en œuvre. La diversité des éléments bois proposés en structure (bois massif, bois composite, lamibois ou bois lamellé-collé, avec différentes portées allant de 5 à plus de 30 m) autorise de nombreuses possibilités architecturales. Bardages à claire-voie, panneaux amovibles ou coulissants, filets cloués, etc., toutes les surfaces « ventilantes » en façade permettent de maîtriser à la fois l’intensité lumineuse et la circulation de l’air, pour un meilleur confort des animaux. Confort encore amélioré par les performances acoustiques et thermiques du matériau. Le bois limite également les phénomènes de condensation qui augmentent les risques sanitaires. Enfin, en tant que matériau renouvelable, il répond aux critères environnementaux les plus exigeants.

Bien-être animal
Ce n’est donc pas un hasard si le secteur de la construction agricole est celui qui affiche la part de marché bois la plus élevée en France : 27 % des bâtiments agricoles sont construits en bois. Et si l’on considère les seuls bâtiments d’élevage, le taux monte à 53 %, et même à 91 % pour la Basse-Normandie et à 83 % pour la Bretagne, les deux régions se plaçant en tête pour la mise en œuvre de bois dans ce type de construction. En dehors de ces territoires « historiques », l’attrait pour le bois s’est étendu à de nombreuses autres régions. « À l’heure où la question du bien-être animal est de plus en plus prégnante, il y a aujourd’hui une tendance structurelle à valoriser le bois dans les bâtiments agricoles », explique Romain Canler, délégué général de l’Union des industriels et constructeurs bois (UICB) dont fait partie l’Association des constructeurs de bâtiments agricoles en bois (BAB). Des études récentes ont notamment mis en évidence une meilleure productivité laitière et une meilleure résistance aux maladies chez les animaux abrités dans des structures bois.

Le bois procure confort et bien-être aux hommes comme aux animaux. ©Bérengère de Butle/L’Est agricole et viticole

Pour en savoir plus :
babois.org
uicb.pro

PROGRAMME
Réf. FBF : 18PC916
Budgets
• FBF : 15 k€
• Codifab : 15 k€

Essences françaises
Le matériau répond également à la volonté de préserver le caractère patrimonial des corps de ferme situés à proximité. « Ce critère participe à l’attrait touristique régional et devient un réel atout de communication dans le cadre de la vente directe, le grand public étant sensible à l’image du bois en milieu rural », ajoute notre interlocuteur. Le bois est donc le meilleur matériau pour l’insertion dans le paysage. Et si le secteur agricole en est le premier utilisateur, c’est aussi l’un des premiers consommateurs de bois français : « Selon les enquêtes que nous réalisons auprès des adhérents de BAB, on observe que 75 à 80 % du bois utilisé dans nos bâtiments agricoles proviennent des forêts nationales. » Chêne, épicéa et Douglas sont les principales essences employées, et elles sont le plus souvent issues des massifs locaux. Une autre façon, somme toute logique pour la filière agricole, de s’inscrire dans une démarche de circuit court.