Renouveler la forêt française : une nécessité

On plante aujourd’hui en France deux fois moins d’arbres qu’en 1990. Pourtant, les besoins en bois augmentent, et les pressions climatiques et sanitaires sur nos forêts vont s’accentuer au cours du siècle. D’où la nécessité de replanter. Zoom sur trois initiatives en faveur du reboisement, dont l’une est soutenue par France Bois Forêt.

Témoignage – Samuel Lemonnier, pépiniériste :

Implantée depuis plus de cinquante ans en Normandie, près d’Alençon, Pépinières Lemonnier commercialise environ deux millions de plants par an, représentant toute la gamme forestière. Samuel Lemonnier, dirigeant de l’entreprise, voit d’un bon oeil les initiatives en faveur du reboisement : « Rappelons que nous plantions 108 millions de plants (hors pin maritime) par an en 1990, contre seulement 29 millions aujourd’hui. Cette chute est le résultat de deux causes cumulées : les tempêtes, dont celle de 1999, et la fin du Fonds forestier national. Les propriétaires ont besoin d’être accompagnés pour replanter, et les démarches comme Plantons pour l’avenir, Merci le peuplier ou Reforest’Action vont dans le bon sens. Nous percevons d’ailleurs un léger frémissement de la part des forestiers, notamment avec le succès du Douglas. On sait cependant qu’il faut du temps pour que les effets réels de ces initiatives se fassent sentir. En tant que pépiniéristes, nous sommes concernés au premier plan bien sûr, mais c’est l’ensemble de la filière qui doit se mobiliser si elle veut garantir le renouvellement de nos forêts. »

Reforest’Action :

Spécialiste du reboisement en France et dans le monde, Reforest’Action est une entreprise à vocation sociale qui permet aux particuliers et entreprises d’agir concrètement en faveur de l’environnement à travers une démarche originale. Sur reforestaction.com, plateforme web unique en son genre, les entreprises et le grand public plantent des arbres en France et à l’international. Ils sont informés des bénéfices sociaux et environnementaux apportés par les arbres plantés et peuvent le faire savoir autour d’eux : Reforest’Action délivre un certificat de plantation aux particuliers et cite leur nom sur le site reforestaction.com ; les entreprises reçoivent un pack communication comprenant une page personnalisée sur le site et un droit d’utilisation du logo Reforest’Action.

Depuis sa création en 2010, Reforest’Action a planté plus de 2 millions d’arbres dans quinze pays, et sensibilisé près de 1,7 million de collaborateurs et clients de sociétés. En France, où se concentre 80 % de l’action, ce sont 1 000 000 d’arbres qui ont été plantés depuis 2014, ce qui représente une surface forestière d’environ huit cents hectares. En mai 2018, l’entreprise a lancé l’appel à projets national « 1 million d’arbres pour nos forêts ». « L’objectif est d’intervenir à une plus grande échelle pour doubler les capacités de plantations en France », explique le président, Stéphane Hallaire. Afin d’être éligible, un projet devait répondre au cahier des charges de Reforest’Action : parcelle de 2 hectares au minimum ; affectée par un aléa naturel, ou en impasse sylvicole, ou encore terrain en friche ; diversité d’essences plantées ; maintien de l’état boisé sur vingt ans au moins. Les projets validés recevront un financement à hauteur de 50 à 150 % du prix hors taxe du plant, dans la limite de 1, 2 euro HT par plant. « L’initiative a suscité un fort engouement de la filière avec un nombre de candidatures qui a dépassé nos attentes, se réjouit Stéphane Hallaire. Sur 150 dossiers reçus, 46 projets ont, pour l’heure, été retenus ou sont en passe de l’être, représentant 650 000 arbres à planter dans onze régions de France métropolitaine, sur une surface totale de près de 450 hectares. »

Autre action phare : Reforest’Action rendra bientôt public un important travail de synthèse portant sur plus de 150 analyses scientifiques et techniques sur la forêt française et métropolitaine et ses enjeux d’avenir. « À la fois pointu et accessible pour le grand public, cet ouvrage nous fournira une vision détaillée de la façon dont on doit envisager les plantations dans les décennies qui viennent », précise le président. Un document à télécharger sur le site de Reforest’Action dès octobre 2018.

Pour en savoir plus : reforestaction.com

Plantons pour l’avenir (PPLA) :

Plantons pour l’avenir est un fonds de dotation (personne morale de droit privé à but non lucratif) qui, dans le cadre de sa mission d’intérêt général, permet d’apporter une réponse concrète aux enjeux du reboisement en France : en soutenant directement des propriétaires dans leurs opérations de reboisement, mais aussi en oeuvrant pour une prise de conscience sur le rôle primordial de la forêt. Le fonds soutient également le développement de techniques et de pratiques de gestion forestière adaptées aux défis environnementaux de demain.

Créé fin 2014 à l’initiative des coopératives forestières, PPLA a pour ambition d’accélérer le reboisement en France et s’appuie sur les compétences d’un réseau de professionnels impliqués au quotidien dans la gestion durable des forêts : experts forestiers, pépiniéristes, entreprises de travaux forestiers, coopératives forestières et instituts de recherches… Le fonds de dotation apporte, grâce aux dons de ses mécènes, la trésorerie nécessaire aux propriétaires qui s’engagent dans le renouvellement et la gestion de leurs peuplements forestiers. Cette trésorerie est apportée sous forme d’une avance remboursable pouvant couvrir jusqu’à 75 % du coût des travaux des plantations ainsi que leurs entretiens. Cette avance, qui est accordée sur une période de trente ans et sans intérêt, engage le propriétaire bénéficiaire dans un cercle vertueux : il est ainsi un véritable sylviculteur garant de la réussite de son reboisement et de sa gestion durable et certifiée ; il participe également à la pérennité du fonds grâce à ses remboursements qui serviront à financer de nouveaux projets.

Les entreprises mécènes qui s’engagent aux côtés de PPLA agissent dans le cadre de leur responsabilité sociétale et environnementale. Elles participent ainsi, grâce à leur don, à la relance du reboisement en France, en bénéficiant du régime fiscal en faveur du mécénat (60 % de réduction d’impôt pour les sociétés ; 66 % pour les particuliers). À ce jour, plus de 80 entreprises et 200 particuliers soutiennent Plantons pour l’avenir, et ce sont près de 800 hectares qui ont pu être reboisés partout en France sur 140 propriétés.

Pour en savoir plus : plantonspourlavenir.org

Merci le peuplier :

La charte Merci le peuplier a été initiée fin 2011 par des industriels et entreprises des Pays de la Loire et régions limitrophes, grâce aux financements de France Bois Forêt. Suite à ses premiers résultats très encourageants, elle a été transférée en 2014 au Conseil national du peuplier (CNP) pour permettre à l’ensemble des populiculteurs et entreprises françaises d’y accéder. « La démarche a tout de suite reçu un très bon accueil et s’est très vite étendue à toute la façade ouest, avec d’excellents résultats aussi bien en termes de reboisement que de communication », explique Emmanuel Naudin, délégué national pour la charte au CNP. Car celle-ci a bien deux rôles majeurs : inciter au reboisement en peuplier et sensibiliser tous les publics à la nécessité de pérenniser la ressource. Concrètement, le reboisement est encouragé par les adhérents de Merci le peuplier (exploitants forestiers, industriels, pépiniéristes), à travers une participation financière fixe, indépendante du prix d’achat des bois et qui s’y ajoute. Le dispositif n’est donc pas une aide au sens habituel du terme : il s’agit, en réalité, d’un soutien financier direct des entreprises, auquel s’ajoute celui de France Bois Forêt, à l’investissement des populiculteurs.

Six ans après le lancement de l’opération, 67 entreprises ont adhéré à la charte, et les résultats sont au rendez-vous. Fin 2017, le total cumulé se porte à 325 000 plants financés dans le cadre de la charte Merci le peuplier, soit près de 1 800 hectares reboisés. Ce sont ainsi 813 000 euros qui ont été apportés par les acheteurs et les industriels. On constate une belle progression du taux de reboisement : 2 hectares de surfaces perdues sur 3 sont aujourd’hui replantés, contre seulement la moitié en 2014. « La situation s’est améliorée certes, mais il ne faut pas baisser la garde pour autant », déclare Emmanuel Naudin, qui rappelle que « un tiers des surfaces perdues n’est, aujourd’hui, pas reboisé ». Outre l’extension de la charte à d’autres régions françaises, de nouvelles initiatives viennent renforcer l’action du CNP. Ainsi, depuis janvier 2018, le projet Du peuplier pour l’avenir, lancé dans trois départements du Val de Loire (Maine-et-Loire, Indre, Indre-et-Loire) et assorti d’une contribution financière du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, permet de doubler l’aide allouée par Merci le peuplier.

Pour en savoir plus : peupliersdefrance.org