Le Douglas en marche

Lycée agricole d’Yssingeaux (43). Architecte : Pierre Chomette, Chomette-Lupi et Associés
Photo : Vincent Calloud

Créée en 1993, l’association France Douglas œuvre à la promotion et à la valorisation des caractéristiques du Douglas sur le marché de la construction. Une démarche, réalisée avec le soutien de France Bois Forêt, qui suppose une bonne adéquation de l’offre aux attentes du marché.
Le volume de sciages de Douglas produit aujourd’hui en France est de 800 000 m3. Un chiffre qui a triplé en vingt ans et qui devrait dépasser les 2 millions de mètres cubes par an d’ici à 2030-2040. Il est vrai que cette essence présente de nombreux atouts, parmi lesquels une excellente résistance mécanique et une très bonne durabilité naturelle. L’association France Douglas met en avant ces qualités depuis plus de vingt ans. D’abord organe de promotion, elle s’est vu attribuer un important travail de structuration de l’offre. Objectif : mieux qualifier et harmoniser les produits destinés à la construction, afin d’améliorer leur lisibilité et leur fiabilité auprès des prescripteurs et professionnels du bâtiment. France Douglas est aidé en cela par France Bois Forêt, partenaire de l’association depuis 2008.
Les actions de France Douglas visent notamment à rapprocher les objectifs
de production des sylviculteurs des besoins du marché.
Photo : F. Morlaix

Conforter la ressource
Atteindre ces objectifs suppose également de travailler à l’amélioration de la ressource à long terme. France Bois Forêt soutient les programmes d’innovation et la valorisation de cette essence ; France Douglas s’y emploie à travers le programme Douglas Avenir. Porté par le ministère de l’Agriculture et prévu pour quatre ans, il vise justement la création d’une nouvelle génération de vergers à graines, avec des variétés plus résistantes aux évolutions attendues du climat et de meilleures caractéristiques technologiques. Il s’agit aussi de rapprocher les objectifs de production des sylviculteurs des besoins du marché. Le plan d’action quinquennal mis au point prévoit ainsi l’organisation de journées d’échanges entre producteurs et industriels. La constitution d’une base de données comprenant les principaux indicateurs de la filière Douglas devrait également contribuer à une meilleure cohésion entre l’amont et l’aval.
Prescrire et communiquer
Du côté des professionnels du bâtiment, des actions techniques ont été menées en vue de compléter les travaux de qualification de l’offre de sciages et d’autres produits de construction. Outre une veille technologique et normative, France Douglas a élaboré deux nouveaux guides techniques sur l’emploi de l’essence dans la décoration et dans la rénovation ; ils viennent compléter le premier ouvrage sur la construction. Des démarches de communication ciblées ont aussi été assurées, principalement en direction des prescripteurs, industriels du bâtiment, maîtres d’ouvrage et décideurs. « Les Journées Prescription organisées à Lyon et à Paris fin 2015 ont été un grand succès », rappelle Sabrina Pedrono, déléguée générale de l’association. Rassemblant architectes, techniciens et élus des collectivités autour de réalisations en Douglas dans les régions concernées, ces journées devraient avoir lieu dans d’autres régions cette année. France Douglas affirmera également sa présence à travers sa participation à plusieurs manifestations professionnelles, comme le Forum Bois Construction qui se tient à Lyon en avril, le Carrefour international du bois à Nantes, en juin, et le salon Eurobois, à Lyon, en novembre. 
Pour en savoir plus : france-douglas.com