Emballage bois et aliments font bon ménage

Les fruits et légumes constituent le principal marché des cagettes en bois.
Photo : Siel

L’aptitude du bois au contact alimentaire est depuis longtemps avérée. Les études réalisées à l’initiative du consortium Emabois, principalement financées par France Bois Forêt, en apportent désormais la preuve scientifique.
Le bois fait partie des 17 matériaux autorisés au contact alimentaire, et plusieurs essences sont concernées. Mais dans un contexte de réglementation pointue, agences et autorités sanitaires françaises exigent une meilleure connaissance des migrations chimique, microbio­logique, organo­leptique des matériaux et objets en contact avec des denrées alimentaires. C’est pourquoi le consortium scientifique Emabois, composé d’une dizaine de membres dont France Bois Forêt, a engagé, il y a trois ans, un programme de recherches visant à confirmer l’aptitude du matériau bois au contact alimentaire.
Preuves à la clé

Les études étaient consacrées aux trois filières françaises importantes utilisatrices d’emballages en bois que sont la filière fruits et légumes, la filière lait et produits laitiers etcelle des produits de la mer. Près de 20 000 tests ont été réalisés, et trois essences françaises, les plus couramment exploitées pour l’emballage, ont été analysées : le peuplier, le pin et l’épicéa. Les travaux ont porté sur les volets microbiologique, chimique et sensoriel du matériau. Dans tous les cas, les résultats sont favorables, permettant ainsi de construire, sur une forte base scientifique, un faisceau d’arguments qui vient souvent en contrepoint d’idées préconçues et d’à priori sur le matériau bois. En effet, il apparaît que, pour un grand nombre d’applications, en s’appuyant sur un entretien et/ou un usage rigoureusement définis, suivis et contrôlés, il n’y a pas d’argument à la non utilisation du bois au contact alimentaire. L’ensemble des tests, scientifiquement robustes, fournira d’ailleurs des éléments nécessaires à la mise à jour de la réglementation française, voire européenne, du bois au contact alimentaire, et notamment, la fiche DGCCRF « matériau bois n° 2012-93 ». Ils permettront également aux fabricants d’emballages en bois d’avoir à disposition des outils d’analyse de références fiables et adaptés au matériau bois, synonyme de procédure pour la certification de l’emballage en bois au contact alimentaire.
Pour en savoir plus :
emballage-leger-bois.fr
oniris-nantes.fr