Un plan pour valoriser les feuillus

Bâtiment en peuplier thermotraité
Photo : Scierie Collignon

Chêne, hêtre, châtaignier, peuplier, frêne… les feuillus représentent les trois quarts de la surface forestière française. Pourtant, ces essences sont sous-valorisées, notamment dans la construction, où la part des sciages résineux s’élève à 85 %*. C’est pour modifier la tendance que le Plan feuillus a été lancé en 2012, avec le soutien de France Bois Forêt et du Codifab. État d’avancement des travaux.
À l’issue du rapport « Perspectives de valorisation du bois d’œuvre feuillu » publié par FCBA au début de l’année 2012, France Bois Forêt et le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF) ont décidé de financer un ensemble de projets destinés à développer l’usage des feuillus dans la construction. « Le bâtiment est un secteur très normalisé, où les produits utilisés doivent obligatoirement être caractérisés, explique André Richter, directeur des Programmes à l’Institut FCBA. Il était donc indispensable de positionner les principaux feuillus des forêts françaises dans ces normes. » Aujourd’hui, les travaux portant sur les six projets lancés en 2012 sont presque tous arrivés à leur terme. Seule la certification des bois modifiés thermiquement reste à finaliser. Quant au programme portant sur le traitement des tannins du chêne et du châtaignier, il est encore en cours et devrait aboutir en septembre 2017.
Communiquer et accompagner
« Maintenant que les principaux freins normatifs à l’usage des feuillus dans la construction sont levés, il s’agit de faire connaître les résultats des différents travaux aux bureaux d’études, prescripteurs et entreprises, et de les accompagner dans l’utilisation de ces essences », précise André Richter. La réalisation d’un guide sur les charpentes en feuillus est d’ores et déjà envisagée pour l’année 2017, et d’autres outils techniques devraient suivre. Ces ouvrages viendront ainsi compléter les actions de communication et de promotion menées par la Fédération nationale du bois.
À cela s’ajoute bien sûr l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) financé par la DHUP**, France Bois Forêt et le Codifab. Face au succès de l’édition 2016 qui a reçu pas moins de 25 dossiers et distingué cinq lauréats, l’opération devrait être reconduite en 2017. Enfin, les difficultés de valorisation des essences feuillues n’étant pas un problème franco-français, le programme UE Hardwoods vise à collecter et compléter au niveau européen les connaissances existantes sur les essences feuillues et à travailler sur des nouveaux produits techniques (CLT hybrides feuillus/résineux…). Réunissant l’Autriche, l’Allemagne, la France et la Slovénie, ce projet devrait être suivi d’autres avec le lancement d’une initiative européenne pour la valorisation des feuillus, sous l’égide d’Innova­Wood *** et de l’Efi****. 
Pour en savoir plus :
agriculture.gouv.fr
fcba.fr
eu-hardwoods.eu
innovawood.com
efi.int