Les Défis du Bois 3.0

Huit jours et sept nuits pour construire une micro­architecture nomade, c’est le pari relevé par une cinquantaine d’étudiants lors des Défis du Bois 2016, en avril dernier, à Épinal. Une aventure pédagogique, technique et humaine, à laquelle France Bois Forêt a participé (voir candidats en couverture).
Comme en 2015, c’est au cœur de l’Enstib (École nationale supérieure des technologies et industries du bois) que les Défis du Bois 3.0 ont installé les dix chantiers de cette 12e édition. Depuis 2005, ils sont plus de 550 à avoir partagé cette expérience pendant 78 jours et 86 nuits pour la création de 110 œuvres aussi originales qu’innovantes. Cette année, ils viennent du master ABC, de l’Enstib, de l’École d’architecture de Nancy, de l’université de Mons, en Belgique, de Sarrebruck, du Brésil, du Mexique et de la formation des Compagnons du Devoir. Ils ont été répartis par tirage au sort en dix groupes homogènes dès le début de l’année 2016, pour mettre à profit une période de préparation à distance, suivie de 8 jours et 7 nuits de travail sur site (du 16 au 23 avril).

Microstructure à la campagne
Cette année, les « défisboiseurs » ont eu à concevoir et bâtir une micro­architecture multiservice destinée à être installée en milieu rural. La construction devait pouvoir s’implanter partout et sur tous types de terrains, répondre à la plus grande diversité d’usages, tout en offrant un espace protégé et accueillant. Le bâtiment devait bien sûr être repérable et facilement identifiable par son architecture et son caractère innovant dans l’utilisation du bois, utiliser peu de matière et d’énergie, limiter le poids pour être facile à transporter. Des contraintes brillamment prises en compte par les équipes qui ont reçu leur prix à la fin du chantier.

Théâtre avec vue
Partenaire de l’événement, France Bois Forêt a remis le Prix de la mise en scène à l’équipe B, pour son projet baptisé « L’Ouvreuse ». Dotée d’un fond transparent, la structure s’inspire du Théâtre du Peuple de Bussang, dans les Vosges, connu dans le monde entier pour sa scène qui ouvre sur la forêt.
« Le travail sur les perspectives et la possibilité d’ouvrir complè­tement les portes sur le côté ajoutent à l’impression de profondeur », déclare Pascal Triboulot, directeur de l’Enstib. Douglas, épicéa, sapin… le projet fait la part belle aux essences françaises.

Pour en savoir plus :
• defisbois.fr
• enstib.univ-lorraine.fr

Image à la une de Flora Bignon : Équipe L’Ouvreuse, lauréate du prix de la Mise en scène lors de l’édition 2016 des Défis du Bois 3.0. De gauche à droite : Gabouty Yoann – Belin Clément – David-Mauduit Célia – Bricourt Kenelm – Berecibar Elaia.