De la Cop 21 à la Cop 22

Quelles avancées après l’Accord de Paris et le colloque CESE du 5 novembre 2015 : « Filière forêt-bois et changement climatique : investir pour l’avenir » ?

Organisée par France Bois Forêt (FBF), France Bois Industries Entreprises (FBIE) et à l’initiative de l’Association des Sociétés et Groupements Fonciers et Forestiers (Asffor), la manifestation était placée sous le Haut Patronage du président de la République, évènement labellisé Cop 21. Introduit par Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, et conclu par Emmanuel Macron puis Stéphane Le Foll, respectivement ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numé­rique et ministre de l’Agri­culture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, le colloque a rassemblé plus de sept cents personnes issues tant du monde de la forêt et du bois que de celui des professions financières. Un an après et à la lumière des débats, mettre en avant quelques avancées paraît bien utile, dans l’attente d’un prochain colloque.

L’avenir passe par l’innovation

Les participants au colloque étaient issus tant du monde de la forêt et du bois que de celui des professions financières. Objectif : le soutien à la compétitivité du secteur forêt-bois et l’amélioration de ses performances globales, économiques, environnementales et sociales.

La Cop 22, qui s’est achevée à Marrakech en novembre dernier, a ainsi réaffirmé les objectifs de la Cop 21 relatifs aux compensations des gaz à effet de serre. Pour atteindre nos objectifs, la compensation des émissions annuelles françaises de CO2 passe par le stockage du carbone dans la forêt, puis dans les produits et, enfin, par une substitution du bois aux matériaux énergivores. Par ailleurs, la réflexion sur l’innovation annoncée par le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Stéphane Le Foll, a débouché sur le « Plan recherche & innovation 2025 filière forêt-bois », publié en mai 2016. À la fois puits majeurs de carbone et affectées par le dérèglement climatique, les forêts sont réputées fournir un grand nombre de produits et services. Économiquement et socialement importante ­– 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 440 000 emplois directs ou indirects –, la 14e filière stratégique nationale demeure fragile, avec un fort déficit de la balance commerciale, de l’ordre d’1 milliard d’euros par an pour la partie bois proprement dite, et de près de 5,5 milliards d’euros par an si l’on y ajoute les importations dans les secteurs de l’ameublement et dans celui des papiers et cartons. Face à ces enjeux, le soutien à la compétitivité du secteur forêt-bois et l’amélioration de ses performances globales, économiques, environnementales et sociales, nécessitent de renforcer le continuum Recherche-Développement-Innovation.

Des avancées concrètes

Cette démarche débouche sur deux ensembles de propositions. On trouve d’abord des projets de recherche-développement-innovation regroupés selon trois grandes priorités complémentaires : accroître l’ensemble des performances du secteur par des approches systèmes, développer les usages du bois dans une perspective bioéconomique, adapter la forêt et préparer les ressources forestières du futur. Vient ensuite une analyse des dispositifs et instruments de financement de recherche-développement-innovation dans le secteur, complétée par des préconisations portant notamment sur des modalités innovantes de financement. À cet égard, les idées émises lors du colloque de 2015 ont été pour partie reprises. Ces propositions vont, pour une part, se concrétiser en 2017 avec un appel à projets lancé par le ministère de l’Agriculture, financé à hauteur de 15 millions d’euros pour des projets innovants de l’amont forestier. Par ailleurs, l’appel à manifestation d’intérêt sur des immeubles de grande hauteur en bois, également annoncé par Stéphane Le Foll en conclusion du colloque, a été lancé en juin 2016. Les projets ont été dévoilés en octobre avec 24 sites lauréats, pour l’essentiel consacrés à des logements, mais aussi à des bureaux, une école et un hôtel. Ils seront présentés lors de différentes manifestations qui auront lieu durant l’année.

Le 5 novembre 2015, colloque « Filière forêt-bois et changement climatique : investir pour l’avenir », organisé par France Bois Forêt (FBF), France Bois Industries Entreprises (FBIE) et l’Association des Sociétés et Groupements Fonciers et Forestiers (Asffor). Emmanuel Macron (à droite), alors ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, et Cyril Le Picard, président de l’Interprofession nationale France Bois Forêt (FBF). À gauche : Jean-Emmanuel Hermès, directeur général de France Bois Forêt.
Plus de 700 personnes étaient présentes au colloque « Filière forêt-bois et changement climatique : investir pour l’avenir », le 5 novembre 2015, au Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), à Paris.
Photos : Plan Rapproché

Pour en savoir plus :
agriculture.gouv.fr
asffor-investisseurs.fr
economie.gouv.fr
fbie.org