Chartes forestières en actions

Visite en forêt sur le thème « Utiliser la forêt, Gestion forestière », en juillet 2014.
Photo : Communauté de communes du Trièves

Normandie, Hautes-Alpes et Isère, voici trois exemples de chartes forestières de territoire (CFT) qui avancent.
En Isère, le Trièves réitère
La communauté de communes du Trièves a signé sa deuxième charte forestière de territoire en septembre 2014, lançant ainsi un nouveau programme d’actions pour une durée de six ans. Avec pour objectif de renforcer le rôle de la forêt comme levier de développement local, la charte se décline en 47 actions concrètes organisées autour de quatre axes : mobiliser davantage de bois dans une forêt gérée plus durablement ; œuvrer pour une filière bois dynamique, cohérente, valorisant le bois local ; anticiper la problématique de régénération forestière ; valoriser le potentiel touristique et environnemental de la forêt. Pour assurer une continuité avec les actions de la première CFT et en lien avec le projet « Territoire à énergie positive et pour la croissance verte » du Trièves, qui vise l’autonomie énergétique du territoire grâce aux énergies renouvelables d’ici à 2050, un accent particulier est porté sur le développement de la filière bois-énergie. La communauté de communes lance, cette année, une campagne d’aide pour le reboisement afin de répondre aux problèmes de régénération en forêt et d’anticiper les futurs effets du changement climatique.
À Rouen, le bois est dans la ville
Située en zone périurbaine, la charte forestière de territoire (CFT) de la Métropole Rouen Normandie portait initialement sur les enjeux sociaux et environnementaux. Lancée en 2004, elle a mis en œuvre plusieurs plans d’actions et connu des évolutions. Depuis le 1er janvier 2015, la Métropole intègre de nouvelles compétences qui peuvent potentiellement impacter ou modifier l’organisation dans la mise en œuvre ou la maîtrise d’ouvrage de certaines actions : c’est le cas, par exemple, du volet « bois-énergie » puisque la Métropole devient compétente en lieu et place des communes sur tous les réseaux de chaleur urbains anciennement communaux. Lauréat de l’AMI Dynamic en 2015, la CFT est soutenue pour un travail partenarial visant à améliorer la mobilisation du bois sur le territoire par le ministère de l’Écologie, via le Fonds Chaleur de l’Ademe.
Plus de bois en Provence
La CFT de l’Ubaye-Pays de Seyne, signée en 2012, a mis en place une expérimentation intéressante sur la commercialisation des bois par la vente groupée. L’enjeu est la coopération entre propriétaires privés et publics, pour la mobilisation et la mise sur le marché des bois locaux dont les ventes ne trouvent pas preneurs, en raison de surfaces ou de volumes trop faibles. Il a alors été proposé de regrouper des propriétaires différents sur une même fiche de lot pour faciliter les ventes. Cette mutualisation permet également de réaliser des travaux de desserte ou de pastoralisme en commun. En 2015, la vente d’un premier lot de bois « groupé » a permis de mobiliser conjointement 1 440 m3 dont 280 m3en forêt privée. Plus que par le volume mobilisé, cette opération est représentative d’une méthode collaborative à reproduire. Des visites conseils et une synthèse concernant la forêt privée sont organisées sur chaque commune du territoire de la CFT : sept secteurs de regroupement ont été identifiés et plus d’une quarantaine de propriétaires ont été rencontrés à ce jour.
Pour en savoir plus :
fncofor.fr