Quand le bois s’élève avec Woodrise

Cérémonie d’ouverture du congrès

À Bordeaux, en septembre, le premier congrès international sur les immeubles bois de moyenne et grande hauteurs a réuni plus de 2 500 participants et confirmé l’émergence d’un mouvement mondial autour de ces constructions.
À l’instar de l’arbre qui construit sa propre structure et s’élève vers la lumière, le bois offre aux bâtiments multiétages la perspective d’aller de plus en plus haut. Matériau de construction séculaire, d’abord utilisé pour des maisons individuelles ou d’autres ouvrages de dimensions restreintes, il donne corps, depuis quelques années, à des immeubles de moyenne et grande hauteurs. En effet, de plus en plus de promoteurs, d’architectes, de constructeurs ou d’ingénieurs choisissent le bois pour réaliser des bâtiments de 6 à 20 étages. Cette tendance, qui s’affirme partout dans le monde, démontre, au-delà de la prouesse architecturale, combien le bois peut s’adapter de façon durable et performante à des projets variés, valorisant au mieux ses caracté­ristiques en mécanique, acoustique et performance au feu. Ces nouvelles générations d’immeubles offrent de multiples réponses techniques et économiques aux défis que les filières construction, promotion, immobilier et aménagement doivent aujourd’hui relever, dans une dynamique de territoires bas carbone.
Dimension internationale oblige, les conférences et ateliers se sont déroulés en anglais

Face à ce potentiel considérable, trois des organismes internationaux de la construction bois, l’Institut FCBA (Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement) pour la France, FPInnovations pour le Canada et Building Research Institute pour le Japon, ont organisé, avec le concours d’Adivbois et le soutien financier de France Bois Forêt, du Codifab (Comité pour le développement des industries françaises de l’ameublement et du bois) et d’autres partenaires institutionnels, le premier congrès mondial dédié aux immeubles bois de moyenne et grande hauteurs, un événement baptisé « Woodrise ». À l’origine de cette initiative : la volonté de faire connaître les actions de chacun autour d’une dynamique commune, celle de construire en hauteur avec le bois.
« S’il existait, dans le monde, des colloques scientifiques sur le sujet, il n’y avait pas d’événement centré sur l’approche « marché » à l’échelle internationale, explique Patrick Molinié, responsable Développement Construction à FCBA et coordinateur de Woodrise. Or, en tant qu’institut technologique, FCBA apporte son savoir-faire technique aussi bien aux industriels qu’aux maîtres d’ouvrage de la construction bois. C’est donc en toute logique que nous avons proposé l’organisation de ce congrès. »
L’espace Exposition a réuni plus de 110 entreprises, françaises et étrangères

Conférences et visites
Ainsi, vitrine de l’innovation, lieu d’échanges pour optimiser l’essor de la construction bois moyenne et grande hauteurs et les filières associées, Woodrise avait pour objectif de réunir l’ensemble des professionnels qui considèrent le bois comme matériau essentiel au développement de la ville de demain. Pendant quatre jours, plus de 2 500 personnes, venues de 23 pays, ont assisté à la manifestation. Parmi eux, une cinquantaine de conférenciers sont intervenus en sessions plénières ou dans des ateliers thématiques. La première journée, dédiée à l’architecture, a eu lieu à la CCI de Bordeaux ; des architectes internationaux, au premier plan de ce secteur hautement innovant, ont dialogué autour des enjeux qu’il pose pour l’architecture contemporaine. À travers de brèves présentations et des maquettes, ces architectes sont revenus sur leurs projets récents et la manière dont leur implication dans la construction bois transforme leur pratique et leur enseignement.
Une des visites a conduit les participants aux laboratoires de l’Institut FCBA, à Bordeaux, où un essai sismique à l’échelle 1/3 a été réalisé en direct.

Un riche programme de visites techniques a également permis de découvrir par exemple les laboratoires de l’Institut FCBA, à Bordeaux, avec la réalisation en direct d’un essai sismique à l’échelle 1/3 sur la future tour Silva (Kaufmann & Broad), une construction qui, avec 80 % de bois, abritera 18 étages de logements sur une hauteur de 50 m. Les autres parcours proposés ont conduit les participants dans les Landes, avec la visite de plusieurs usines et de bâtiments bois, ou à Cestas-Pierroton, au sud-ouest de Bordeaux, pour y découvrir le regroupement de professionnels de la forêt et d’infrastructures de recherche et d’innovation. Enfin, congressistes et grand public ont pu prendre une rame de la ligne C du tramway de Bordeaux Métropole habillée aux couleurs de l’action
« Le Tram du Bois » : une animation au cœur de la ville autour de l’événement Woodrise.

« Le Tram du Bois » et du Congrès Woodrise ; ils pouvaient descendre à des arrêts bien identifiés afin d’y découvrir des expositions et animations organisées par des maîtres d’ouvrage et bailleurs sociaux tout au long de la ligne transformée en un parcours de la construction bois, de la ville durable et de l’économie locale.
L’union sacrée du bois
En parallèle aux conférences et visites s’est tenu un salon qui a rassemblé plus de 110 entreprises sur 3 000 m2. « En réunissant les grands majors du BTP nationaux et internationaux et les petites entreprises locales regroupées au sein de délégations régionales, cette exposition a permis de montrer l’existence d’une sorte d’ »union sacrée » autour de la construction bois en hauteur », déclare le coordinateur de Wood­rise, qui souligne la forte mobilisation des entreprises et industriels français proposant des produits de construction issus de la ressource nationale. Cette démarche dépasse largement le cadre du salon et même du congrès puisque Woodrise a été le départ d’une vaste coopération internationale, la Woodrise Alliance, dont les travaux s’articuleront autour de trois axes : favoriser une synergie internationale ; identifier les bonnes pratiques en termes d’usage du matériau bois, de la forêt au recyclage des ouvrages ; évaluer les évolutions quantitatives et qualitatives d’usage du bois dans la construction, à l’échelle internationale.
Signature de la Woodrise Alliance, lancement d’une coopération internationale autour des immeubles bois en hauteur.

« Après les pays organisateurs que sont la France, le Canada et le Japon, d’autres nations comme la Suisse, la Finlande ou le Brésil nous ont rejoints », précise Patrick Molinié. Forts de ce premier succès, l’Institut technologique FCBA, FPInnovations et Building Research Institute annoncent d’ores et déjà un deuxième rendez-vous au Canada, à l’horizon 2019. Et l’initiative a déjà fait boule de neige puisque Woodrise a été invité à participer à la conférence de l’ONU « Bâtiments et Matériaux bas carbone » à Bonn, le 7 novembre dernier, à l’occasion de la Cop 23. Une belle reconnaissance !