Rehabilitation du patrimoine bati de Loka et Boniville – Papaichton – 2021

RÉHABILITATION DU PATRIMOINE BÂTI DE LOKA ET BONIVILLE
Papaïchton (97316 – Guyane)

Photo 1
Photo 2 copie
Photo 1

Description du projet

L’objectif est de préserver un patrimoine local constitué de 2 maisons (ou « cases ») traditionnelles de la communauté « aluku » à l’architecture unique, porteuse de l’histoire et de la culture locale pour les habitants et les générations futures de Papaïchton, commune isolée de Guyane française. A court terme, le projet vise à transmettre des savoir-faire dans les métiers de la production de bois et de la construction traditionnelle et contemporaine en bois. La réhabilitation des cases, objet de la présente demande de subvention s’intègre donc dans un projet global de mise en place d’un Atelier Chantier d’Insertion (ACI) sur les métiers du bois à Papaïchton. Les compétences en construction traditionnelle acquises par les salariés en insertion seront valorisées dans d’autres projets portés en parallèle par Yenkumu Lutu en association avec des savoirs constructifs plus comptemporains. Cette double compétence permettra de proposer, sur le territoire, une filière construction qui allie tradition et modernité, basée sur l’emploi de matériaux locaux et proposant des constructions bioclimatiques adaptées à l’environnement guyanais.

Localisation géographique : Papaïchton (97316-Guyane)

Etat actuel :
La prise de conscience des risques de disparition du patrimoine bâti de la communauté aluku du Maroni en Guyane a suscité de multiples sollicitations d’acteurs de Papaichton depuis les années 90. Différents projets de restauration partielles ont ainsi été menés. Les premières réflexions du côté de la commune de Papaïchton sont consignées à partir de 2008 où le recensement du patrimoine bâti des écarts de Boniville et de Loka en vue de sa sauvegarde et de sa valorisation débute. La préfiguration démarre en 2012, notamment grâce à la synthèse d’un inventaire des maisons réalisée par le Parc Amazonien de Guyane (PAG). Deux études phares ont ensuite permis de définir le projet de réhabilitation en précisant au mieux le besoin : En 2013, un diagnostic architectural est mandaté par la Direction des affaires culturelles et le PAG. En 2014, une étude de médiation culturelle est menée pour porter la voix des habitants. De 2015 à 2017, une phase pré-opérationnelle permet le montage du projet et la recherche de financements. La première phase opérationnelle du projet aboutie à la restauration de 6 premières maisons entre 2017 et début 2021. Le présent projet correpond donc à une seconde phase de travaux qui vise la réhabilitation de 2 maisons supplémentaire dans le cadre d’un atelier chantier d’insertion (ACI).

Réalisation :

A court terme, en 2022, l’ACI participera à la réhabilitation du patrimoine aluku. Un équipe de 15 salariés en insertion sera initiée aux différents métiers nécessaires à la réhabilitation d’une maison traditionnelle de la production de bois jusqu’à la construction. Les activités couvertes seront donc les suivantes : Prospections forestières, abattage d’arbres, sciage, façonnage et traitement du bois, charpente, couverture, maçonnerie simple, menuiserie, construction de 2 cases traditionnelles aluku, sculptures et peintures traditionnelles tembe. Le parcours d’accompagnement des salariés en insertion comprend (1) des formations métiers en situation avec intervention d’experts et de formateurs (reconnaissance des essences, abattage, sciage à la tronçonneuse et gruminette, charpente, menuiserie…), (2) des périodes d’activités pour la production de bois et la construction en chantier support (réhabilitation des 2 maisons), (3) des sessions de formation sur les savoirs de base, (4) des entretiens de suivi individuels et collectifs sur différentes thématiques (Accompagnement socio-professionnel). Un démontage complet et reconstruction à l’identique est envisagé pour les 2 maisons fléchées dont l’état de dégradation est critique. Les plans sont disponibles dans le diagnostic architectural en annexe (page 43 pour la maison « Ma Soutou Lena » à Boniville et page 50 « Ma Kuli » à Loka). Des photos des 2 maisons à réhabiliter sont également transmises. Les maisons sont 100% construites en bois local. Seules la quincaillerie, la couverture et une éventuelle dalle béton font exception.

Les retombées attendues :

  • Les bénéficiaires directs seront les 15 salariés en insertion de l’association Yenkumu Lutu dédiés à ce projet. L’ensemble des métiers approchés leur permettra de préciser leur projet professionnel et de se rapprocher de l’emploi, dans la filière bois ou dans un autre secteur. Avec les postes d’encadrement, le projet engendre la création de 16.5 ETP pour l’association. Les habitants et les générations futures de Papaïchton sont des bénéficiaires indirects du projet qui a une portée d’intérêt collectif de préservation patrimoniale et culturelle. A moyen terme, l’ACI contribuera à impulser une filière bois locale en approvisionnant de petits chantiers (privés et publics) qui répondent aux besoins en construction à Papaïchton au rythme des apprentissages et de l’accompagnement des jeunes et en cohérence avec les autres projets dans ce domaine sur la commune. A plus long terme la participation de ce projet à la dynamisation des filières bois, construction et filières d’accueil de visiteurs aura également des répercussions positives sur le tissu économique local. Certains habitants ayant intégré l’ACI seront à même de développer des activités ou des projets dans la production de bois ou le tourisme. En ce sens, cette expérience pourrait conforter ou faire émerger des vocations dans ces métiers. En parallèle, ce projet continue à nourrir, via la réhabilitation et valorisation du patrimoine, la filière touristique en émergence à Papaïchton.

Enjeux de développement durable :
– S’appuyer sur l’éducation et la formation tout au long de la vie, pour permettre une évolution des comportements et modes de vie adaptés au monde à construire et aux défis du développement durable
– Agir pour une transition juste, en luttant contre toutes les discriminations et inégalités et en garantissant les mêmes droits, opportunités et libertés à toutes et à tous

Durée des travaux : 12 mois

Coût total du programme TTC : 467 334 €

Notez ce projet :

Rating: 3.60/5. From 5 votes.
Please wait...
Photo 3
Photo 4