Accueil » Surveiller l’état sanitaire de la forêt des Landes de Gascogne

Surveiller l’état sanitaire de la forêt des Landes de Gascogne

Posted Posted in La Lettre B

Au cœur des politiques de prévention des risques sanitaires du plus grand massif forestier de l’Hexagone, la Caisse Phyto Forêt (CPF) a publié son compte-rendu d’activité 2021.

Manifestation de la maladie de la rouille sur un pin. Photo : Marek Argent

Le plus grand massif forestier de France n’est pas le moins fragile. À la suite des tempêtes de 1999 et de 2009, la plus grande forêt cultivée d’Europe a été affaiblie. Lors des étés qui ont suivi le passage de Lothar et de Martin (1999) puis de Klaus (2009), les insectes ravageurs ont entraîné de nombreux foyers de mortalité. Durant ces périodes de crise, la forêt gasconne a été particulièrement surveillée par les services déconcentrés du ministère de l’Agriculture en charge des forêts.

Surveillance par satellite
Cette surveillance sanitaire est encore renforcée par l’action sur le terrain menée par les techniciens de la Caisse de prévoyance et de protection des forêts du Sud-Ouest. Créée à l’initiative du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest et soutenue par France Bois Forêt, l’État, le conseil régional, les conseils départementaux des Landes et de la Gironde et du Lot-et-Garonne, la Caisse Phyto Forêt (CPF) a trois missions : la surveillance par télédétection (satellite et moyens aériens) de l’état sanitaire du massif, la participation à la recherche sur les impacts sanitaires, l’information de la filière
forêt-bois.
L’observation régulière et la détection précoce sont les clefs d’une lutte efficace contre les insectes et les maladies cryptogamiques favorisées par le changement climatique. Depuis 2015, avec le concours de Telespazio-France, à partir des images prises grâce au dispositif spatial européen Copernicus, une carto­graphie initialement bisannuelle puis mensuelle dans les périodes à risque a été établie. L’usage de l’intelligence artificielle afin d’analyser les anomalies foliaires rapportées par les images permet de mettre en évidence avec précision des foyers de mortalité de 0,05 ha.

La série de satellites d’observation Sentinel-2 permet l’observation des sols (leur utilisation, la végétation, les zones côtières, fleuves, etc.) et le traitement des situations d’urgence (catastrophes naturelles…). Photo : ESA/ATG-Medialab

Traquer la rouille
Une surveillance réalisée en continu par les agents du Département de la santé des forêts (DSF) et des visites de terrain ont permis d’inventorier des parcelles atteintes par la rouille vésiculeuse.
Susceptible de causer la mort de jeunes plants, cette maladie, observée dans le sud des Landes, est causée par une espèce de champignon de la famille des Cronartiacées. Au total, 348 ha touchés ont été ainsi repérés, qui s’ajoutent aux peuplements inventoriés les années précédentes portant le total des surfaces concernées à 782 ha.
La compréhension de la maladie et les facteurs pouvant expliquer sa recrudescence sur le secteur sont particulièrement complexes. Une campagne de prélèvements a été réalisée au printemps 2021. Réalisée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), l’étude de ces prélèvements confirme les premiers soupçons des forestiers et la nature d’un étonnant suspect : la pivoine, un hôte alternatif au pin, indispensable au développement de cette maladie hétéroïque. Un champ de 20 ha de pivoines s’est implanté dans le secteur en 2018 et la dynamique et l’intensité de la rouille de l’écorce du pin semblent liées à cette proximité. Cette information a largement été diffusée par la Caisse Phyto Forêt et reprise par les médias.
La CPF a été active sur d’autres thématiques : élaboration du Plan tempête, gouvernance sanitaire en période de Covid-19, étude des stratégies de protection sanitaire contre le dépérissement des fructifications de pin maritime. L’ensemble de ces actions de recherche et de développement rendues possibles par les soutiens financiers dont celui de France Bois Forêt sont indispensables afin de développer les connaissances nécessaires pour mener à bien l’adaptation du massif au changement climatique.

En savoir plus :

agriculture.gouv.frdraaf.nouvelle-aquitaine.agriculture.gouv.frmaisondelaforet-sudouest.comfranceboisforet.fr


Programme Réf. FBF : 21RD1371 • Budget FBF : 31 k€