Valoriser la construction en bois local : tout un ART

Valoriser la construction en bois local : tout un ART

L’investissement d’une collectivité dans un projet de construction, de réhabilitation ou d’aménagement en bois dynamise son territoire. Aujourd’hui, il est possible de mesurer précisément cet impact grâce à l’outil d’Analyse des retombées territoriales (ART), développé par la Fédération nationale des communes forestières (Fncofor), avec le soutien de France Bois Forêt, qui vient de mettre en ligne la version simplifiée.

Valoriser le bois local dans les démarches des collectivités est l’essence même de la politique du réseau des Communes forestières. Après avoir initié, avec l’aide de France Bois Forêt, le programme « 100 constructions publiques en bois local » (2012-2017)1, la Fncofor a souhaité aller plus loin en élaborant, en partenariat avec l’agence de notation Biom Attitude2, un nouvel outil : le calculateur d’Analyse des retombées pour le territoire qui effectue des analyses à l’échelle d’un projet (bâtiment). « L’indice ART permet de quantifier l’apport économique et social par l’emploi créé ou maintenu, ainsi que l’apport environnemental par le bilan carbone et par la surface forestière gérée, explique Théo Launay, chargé de mission bois-construction à la Fncofor. Nous avons développé un outil technique complet et précis, utilisé par les salariés des communes forestières qui accompagnent les projets. À ce jour, nous avons analysé plus d’une vingtaine de bâtiments. »

La bibliothèque communale et le préau d’école à Châteaudouble (Drôme) mettent en œuvre 25 m3 de bois (ossature et bardage) certifié Bois des territoires du Massif central. Indice ART : 77 %. Photo : Jean-Marc Blache/Cofor

Outil prévisionnel

Une version simplifiée a été mise en ligne en mars 2021 (https://art.fncofor.fr) que les maîtres d’ouvrage publics peuvent directement utiliser afin d’estimer en amont les retombées territoriales de leur projet à l’aide de quelques données clés (coût, type de bâtiment, origine des bois, origine des prestataires et de la maîtrise d’œuvre…). « L’outil a été présenté à l’ensemble des élus du bureau national de la Fncofor, aux élus lors de formations bois-construction et assemblées départementales du réseau des communes forestières. Il est apprécié aussi bien au niveau local que régional, parce qu’il permet de valoriser la vision politique des élus en leur donnant des moyens de communiquer sur leurs projets dans les territoires », souligne Théo Launay. Le site internet permet aussi la mise en relation des collectivités avec le réseau des Communes forestières. Ancré localement, ce dernier propose un accompagnement, de l’idée à l’inauguration du projet, en connectant ses enjeux à ceux de la collectivité et de son territoire, et aux professionnels de la filière forêt-bois. Et cela dans le respect du Code des marchés publics. La réaction des maîtres d’ouvrage publics ne s’est pas fait attendre. Depuis sa mise en ligne en mars dernier, ils ont évalué, via l’interface, une cinquantaine de projets.

Bois local : un moteur du développement territorial

« L’indice ART a une réalité économique, explique Théo Launay. Il correspond à la part d’économie qui est réinjectée sur le territoire. Plus le bois est local et mis en œuvre par des entreprises de proximité, plus le retour sur le territoire est élevé. Nous avons fixé à 80 km le périmètre du bois dit “local“. Si le bois vient de plus loin, il est dénommé “bois français”, ou “étranger” si hors frontières. » Ainsi, sur un projet bois-construction, il existe trois périmètres différents pour l’origine des bois et des prestataires.
Selon les retours d’expériences, on constate en moyenne que :

  • un projet en bois local mis en œuvre par des entreprises locales a 80 % de retombées territoriales ;
  • un projet en bois français mis en œuvre par des entreprises locales a 60 % de retombées territoriales ;
  • un projet en bois d’import mis en œuvre par des entreprises locales a 30 % de retombées territoriales.

Vers une base de données nationale

L’outil ART peut également être utilisé pour l’ensemble des projets déjà réalisés d’une collectivité. D’où l’intérêt de certaines communes en Auvergne-Rhône-Alpes qui, ayant plusieurs bâtiments en bois, les uns certifiés Bois des Alpes ou Bois des territoires du Massif central, les autres pas, souhaitent en connaître l’impact global (emplois créés ou maintenus, bilan carbone, euros réinjectés… « Nous travaillons également avec les départements, par exemple, celui de la Drôme qui a une politique de construction de collèges avec la certification Bois des Alpes et souhaite évaluer ses projets avec le calculateur ART, précise Théo Launay. Les réalisations qui sont et seront analysées par l’outil ART complet, via le réseau des Communes forestières, vont constituer une base de données nationale qui permettra d’améliorer l’outil et de capitaliser sur les données de projets.»

Pour en savoir plus :

Focus

Indice ART : 77 %

Maison des professionnels de santé de Cendras (Gard)

  • Année de construction : 2018
  • Surface totale : 205 m²
  • Investissement lot bois : 175 000 €
  • Bois mis en œuvre : 32 m3
  • Bois 100 % local
  • Entreprises 100 % locales

Retombées territoriales :

  • Sur 100 euros investis sur lot bois, 77 euros directement injectés dans l’économie du territoire
  • 0,6 emploi valorisé
  • 64 t de CO2 évitées
  • 83 ha de forêts gérées durablement