Fibois IDF : la construction bois et biosourcés en Île-de-France

Fibois IDF : la construction bois et biosourcés en Île-de-France

Fédérer les professionnels qui s’engagent dans la construction bois et biosourcés et les accompagner dans leur montée en compétences. C’est tout le sens des actions mises en place par Fibois Île-de-France. Notamment le Pacte Bois Biosourcés, un dispositif soutenu par France Bois Forêt, qui vise à massifier l’utilisation du bois dans la construction en Île-de-France et à réduire l’empreinte carbone du secteur du bâtiment.

Centre de loisirs Jacques-Chirac à Rosny-sous-Bois : murs en paille porteuse, charpente et membrures du bâtiment principal en peuplier d’Île-de-France et sapin des Vosges. Photo : Juan Sepulveda

« Si la forêt n’occupe qu’un quart de l’Île-de-France, la région concentre néanmoins près de 40 % des ouvrages en bois (bureaux, logements, hôtels). Elle est donc le premier marché des nouvelles réalisations en bois », explique Paul Jarquin, président de Fibois IDF et de Fibois France. Avec, en toile de fond, l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, l’ambition est d’aller plus loin et d’« embarquer » aménageurs et maîtres d’ouvrage publics et privés. « Ce sont eux qui sont en haut de la chaîne de valeur et prennent la décision de construire en bois. » Signé en novembre 2020 et courant jusqu’en 2024, le Pacte Bois Biosourcés vise à changer de paradigme en créant un écosystème vertueux qui rassemble professionnels de l’amont forestier, entreprises de la transformation du bois et des biosourcés, construction et immobilier. Aujourd’hui, près de 40 organisations1 sont d’ores et déjà engagées – par exemple, la Solideo (le Village olympique), EpaMarne (50 % de sa production de logements en bois) –, mais aussi la Ville de Paris, la Région Île-de-France. Chaque signataire du Pacte s’engage à réaliser jusqu’à 40 % de sa production francilienne en bois et biosourcés d’ici à 2025 (neuf et réhabilitation). Avec l’ambition d’atteindre 1,3 million de mètres carrés d’ici à 2025. Autre engagement de taille : utiliser 30 % de bois et matériaux biosourcés français.

Accompagner les aménageurs et maîtres d’ouvrage

L’idée est que l’interprofession régionale Fibois IDF s’impose comme un référent unique en région, qu’elle contribue « à la structuration du marché, qu’elle accompagne les aménageurs et maîtres d’ouvrage pour faciliter les rencontres avec les entreprises du territoire, architectes, bureaux d’études, constructeurs, scieurs, leur présenter l’initiative Bois de France, les informer sur la mobilisation de la ressource et les capacités françaises à produire », détaille Paul Jarquin.

Soit la mise en place d’une démarche pédagogique au service de la professionnalisation des maîtrises d’ouvrage. « Avec la Solideo et le Village olympique, nous pouvons dire que c’est le cas. À terme, nous ne serons plus dans l’expérimentation ou le prototypage, mais bien dans la structuration francilienne. » Paul Jarquin précise en outre que les constructions doivent s’adapter à la forêt française. « Actuellement, des expérimentations sont menées sur le peuplier et le hêtre. Dans le prolongement, nous proposons à de nombreux maîtres d’ouvrage d’avoir au moins un immeuble qui mettrait en avant une de ces essences feuillues. » Autre levier : avoir une compensation carbone de ces opérations. « Même les opérations en bois ne sont pas neutres. On peut atteindre cette neutralité, via des projets de compensation carbone, telle la régénération des forêts locales. » D’ailleurs, l’interprofession travaille avec Fibois France à la mise en place d’une plateforme qui servirait à mettre en relation des détenteurs de projets de compensation avec des opérateurs de compensation carbone.

En cohérence avec le pacte, le Booster Bois-Biosourcés2 est un appel à projets qui vise à faciliter l’émergence de solutions bois biosourcés innovantes dans le domaine de la construction et des usages liés aux bâtiments (mobilier urbain, ameublement intérieur/extérieur…). Et cela en accord avec les enjeux actuels (neutralité carbone, mixité des matériaux, ressource locale et économie circulaire, réemploi de matériaux…) définis à travers la Stratégie nationale bas-carbone3, la RE 20204, le plan de relance5… « Un appel à projets est lancé chaque année, et le jury élit les meilleurs d’entre eux. » Les lauréats disposeront ensuite d’un accompagnement personnalisé, en fonction de l’état d’avancement de leur projet, et d’une visibilité. Par exemple, le Forum Bois Construction, prévu du 15 au 17 juillet 2021 au Grand Palais Éphémère, leur consacrera une exposition

Pour en savoir plus :

  • fibois-idf.fr
  • fcba.fr
  • uicb.pro
  • pefc.fr
  • franceboisforet.fr