Une rampe urbaine

Relier à l’aide de bois français le centre-ville de Creil, dans l’Oise, et le quartier du Rouher, séparé par un dénivelé boisé de 40 m. Plus qu’un aménagement urbain, une connexion sensible et écologique à travers un cheminement de plus d’un kilomètre qui met en scène un paysage remarquable et ses écosystèmes.

Une signalétique sobre et pédagogique invite à (re)découvrir les espèces en voie de disparition.

Maîtrise d’œuvre : Espace Libre
Entreprises : Egis, Eurovia, Loiseleur, Marcanterra, Eiffage Énergie
Parcours aménagé : 1,2 km
Coût : 3 500 k €

Plantons le décor. De part et d’autre de l’Oise, rivière du département éponyme, le centre-ville historique de la ville de Creil (35 000 habitants) ; sur les hauteurs, les quartiers densément peuplés du plateau Rouher. Entre ces deux entités, un dénivelé boisé de 40 m qui, jusque-là, constituait autant une rupture géographique et topologique qu’une coupure sociale. L’ambition du projet mené par l’agence Espace Libre avec la Ville était donc d’instaurer une « liaison urbaine » forte, qui aille au-delà de la simple connexion physique entre ces deux secteurs. Donc éviter l’écueil d’un énième aménagement impersonnel. Cette rampe urbaine devait, au contraire, composer avec l’environnement remarquable des coteaux Laversine et mettre en exergue les différents paysages et écosystèmes. D’où une étude en amont de la nature du sol et des essences végétales endémiques afin d’éviter tout impact négatif sur le site. Le programme devait, en outre, introduire la notion de déplacement doux, comme le vélo, et être en accord avec les normes handicap. « La passerelle, située au plus bas du cheminement, vient ainsi rattraper une cote de niveau essentielle pour la réglementation des personnes à mobilité réduite », indique l’agence. Jalonné de clairières invitant au repos, et balisé par deux belvédères, une croisée des chemins et une placette de randonneurs, le cheminement de 1,2 km s’inscrit avec discrétion dans ce paysage boisé qu’il met en valeur. Entre les cimes des arbres, la rampe majestueuse, faite d’acier et de bois, rejoint le point de vue suspendu. Sa structure en acier avec entourage en bois de chêne et mélèze lui confère sa résistance aux vibrations et au vent. La réflexion globale qui a dicté cet amé­nagement a débouché sur la constitution d’une base de données écologiques utilisée pour un parcours didactique de signalisation et d’information.

Mesurant plus de 100 m de longueur, la passerelle s’élève au-dessus des arbres.

AMÉNAGEMENT URBAIN ET PAYSAGER

Thème : Préservation d’un paysage remarquable et d’écosystèmes
Essences utilisées : Chêne – Mélèze
Entreprises bois : Marcanterra (80)
Année de livraison : 2018
Lieu : Creil, Oise
Site internet maîtrise d’ouvrage : creil.fr