IBC : pour la qualité de la construction bois

Regroupement national des bureaux d’études techniques et experts bois en bâtiment et génie civil, IBC (Ingénierie Bois Construction*) réunit une soixantaine de membres. Sa vocation ? Défendre les intérêts de la construction bois. Une association placée sous le signe de la qualité.

Sylvain Rochet, président d’IBC. Photos : Alexis Baud

« La compétence de nos membres – une soixan­taine, à ce jour – porte sur la construction bois, déclinée en seize domaines**, précise Sylvain Rochet, président d’IBC et gérant du bureau d’études Teckicea de Pontarlier (Haut-Doubs). Le spectre est relativement large pour que chacun puisse se retrouver dans l’un ou l’autre de ces “collèges”» Particularité d’IBC ? N’y entre pas qui veut. Ce qui signifie une vérification en bonne et due forme des compétences des futurs membres. « Dans nos statuts, il est stipulé que ceux-ci doivent être indépendants des majors et que plus de 50 % de leur activité doit concerner le bois. » Suit une période probatoire de deux ans, durant laquelle les entrants participent à la vie de l’association, aux réunions techniques, mais doivent valider au minimum un collège, avec deux dossiers, pour devenir membres à part entière.

Une démarche de qualité
« Notre communication met en avant nos compétences. Aujourd’hui, nous sommes très sollicités par des bureaux d’études généralistes qui ouvrent des divisions bois. Or ce n’est pas la même culture. D’où notre vigilance, car
être membre d’IBC est un gage de qualité. »
Et cela d’autant plus que l’association réalise un important travail de représentation auprès des commissions de normalisation, techniques et des différentes instances – professionnelles, normatives, publiques et privées, nationales et internationales. Cette structure s’intéresse également à la promotion et à la valorisation des essences françaises : « En tant que bureaux d’études bois, nous connaissons l’amont et l’aval.
Par exemple, notre bureau d’études
(Teckicea, NDLR) est dans le Haut-Doubs ; nous avons la chance d’avoir des entreprises de transformation dans un rayon de 30 km, ce qui permet de sortir des produits bois à forte valeur ajoutée. C’est très intéressant car cela structure un territoire. Nous essayons de défendre cette démarche au niveau de l’association. » Et s’ils ne sont pas décisionnaires, les bureaux d’études ont néanmoins une influence importante dans la prise de décision.
En matière de financement, IBC n’est pas subven­tionné et ne fonctionne qu’avec les cotisations de ses membres. « Notre budget est donc limité, confie Sylvain Rochet, d’où notre rapprochement auprès des organisations professionnelles afin de récupérer des missions et d’avoir ainsi davantage de moyens financiers. Ce qui nous permettrait d’avoir le permanent qui nous fait cruellement défaut actuellement. »
_______________________________________________________
* IBC est adhérent de l’Adivbois (Association pour le développement des immeubles à vivre en bois). Siège : 6, avenue de Saint-Mandé, Paris 12e (i-b-c.fr).
** Les seize domaines : charpente traditionnelle ; lamellé-collé ; ossature bois ; structure bois en plaques de type CLT ; procédés industriels ; structures courantes ; structures spéciales ; génie civil, passerelles ; ponts, routes, passerelles exceptionnelles ; structures exceptionnelles (grande portée) ; patrimoine ancien ; réhabilitation, renforcement ; expertise ; formation ; conseil ; dessin sans ingénierie.