Massif des Landes de Gascogne vu du ciel

Suivre l’évolution de l’état sanitaire du massif des Landes de Gascogne pour éviter sa dégradation, tel est l’objectif du programme lancé par la Caisse Phyto Forêt*, avec le cofinancement de France Bois Forêt. Une surveillance qui fait appel à une technologie de pointe : la télédétection par satellite.

1999 et 2009 : ces deux années ont été marquées par les fortes tempêtes qui se sont abattues sur l’Ouest de la France. Plus grande forêt cultivée d’Europe, le massif des Landes de Gascogne et ses pins maritimes ont été largement affaiblis ; les dégâts d’insectes ravageurs qui en ont découlé les étés suivants ont entraîné de sérieux foyers de mortalité. Le massif a alors fait l’objet d’une surveillance accrue organisée par la direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Draaf) d’Aquitaine et par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Mais pour éviter la propagation des foyers de mortalité, il est apparu que cette surveillance devait être mise en place de façon permanente, au-delà des périodes de crise : « Cette observation en continu permet d’identifier et de localiser les anomalies le plus tôt possible, ce qui réduit d’autant les risques de propagation », explique Gaëlle Burlot, chargée de mission à la Caisse Phyto Forêt, organisme dédié aux thématiques phytosanitaires en forêt, créé en 2013 par le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest.

Double surveillance
Outre le travail de terrain réalisé jusqu’alors par les correspondants observateurs du Département santé des forêts (DSF), des techniques nouvelles étaient nécessaires pour développer la surveillance et permettre une plus grande réactivité. D’où la décision de recourir à des moyens de télédétection par satellite. Le projet est lancé en 2015 pour trois ans ; la Caisse Phyto Forêt fait appel à l’entreprise franco-italienne Telespazio, fournisseuse de services et d’applications satellitaires. Grâce aux images satellites, ingénieurs et experts analysent les détails du massif forestier, détectent les foyers de mortalité de pins maritimes et les cartographient.
Si les premiers résultats ont permis de valider le bon fonctionnement du système, les anomalies repérées n’étaient pas toujours liées à des problèmes sanitaires. « Les algorithmes détectent une coloration anormale qui peut être due à des effets de sous-bois, des rémanents laissés au sol suite à une éclaircie, des zones passées au rouleau landais… d’où la nécessité de déplacer des agents sur le terrain afin de lever le doute ou de caractériser la mortalité en cas de foyer avéré », précise Gaëlle Burlot. Pour limiter les déplacements inutiles, le dispositif a été complété en 2016 par l’apport d’images aériennes réalisées depuis des ULM. « Autrement plus précises, ces photos permettent d’effectuer un zoom à l’échelle de l’arbre supposé contaminé, ce qui est très efficace. »

Aller plus loin
Fin 2017, dans l’objectif de perfectionner encore le système, la Caisse Phyto Forêt a signé une convention de partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation incluant également la société Telespazio et l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea).
Le programme, en partie financé par France Bois Forêt, mais aussi l’État, la Région Nouvelle-Aquitaine et les Départements de Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne, prévoit plusieurs axes de recherche. Il s’agit d’abord de vérifier la performance du satellite utilisé jusqu’alors par Telespazio, RapidEye de l’entreprise allemande éponyme, et d’étudier d’autres satellites, économiquement plus compétitifs et/ou plus efficaces en termes de qualité d’image. L’autre axe de recherche porte sur la possibilité d’étendre l’utilisation de l’outil à d’autres régions de France, un premier test étant en cours dans le Gard. Enfin, l’analyse de ces images satellites pourrait également servir à évaluer la composition des feuilles, les propriétés optiques de celles-ci étant reliées à leurs caractéristiques biochimiques.

Image satellitaire RapidEye (juin 2018) en couleur naturelle, à 5 m de résolution. Les points rouges sont les anomalies détectées par Telespazio. 

Pour en savoir plus :
adresse Internet de la Caisse Phyto Forêt :
maisondelaforet-sudouest.com

Programme
Réf. FBF : 17RD833
Budget FBF : 27 k€