Une halle revisitée

Pierre de Villebois, dans l’Ain, et Douglas des forêts locales, telle est l’alliance retenue pour construire la nouvelle halle couverte de Lamure-sur-Azergues (69), petite commune du Beaujolais vert. Une réalisation ancrée
à son site, sobre, élégante et d’architecture contemporaine.

Tel un pont habité, la nouvelle halle du village est bâtie au-dessus de la rivière Azergues, constituant un trait d’union entre les deux parties de la commune. Pour la munici­palité, le cahier des charges était clair : il s’agissait de créer un lieu de vie et de rassemblement pour les habitants, en faisant appel à la ressource locale en bois, en l’occurrence au Douglas, et aux savoir-faire des entreprises de la région. Le concours d’architecture lancé en 2015 a permis de retenir le projet d’Élisabeth Polzella. « Conforme à nos attentes, sa proposition nous a séduits par son architecture à la fois simple et actuelle, qui mélange harmonieusement deux matériaux durables et de proximité, le bois et la pierre », explique le maire, Bernard Rossier.

Un archaïsme contemporain
« Nous avons souhaité réaliser un projet manifeste, ancré au lieu par la provenance de ses matériaux et les formes familières employées, ce qui n’interdit pas la modernité », précise l’architecte. La rivière, élément qui caractérise le site, a joué un rôle important : elle définit l’orientation de la toiture et donc de l’ensemble du projet. Les points d’appui en pierre massive portent le projet d’une rive à l’autre, sans surcharger la dalle existante. Les piliers de la structure porteuse permettent de conserver une vue panoramique sur l’environnement : la rivière au nord, la place du marché à l’est, le dégagement vers le village et le monument aux morts jusqu’à l’ouest, et le parvis de la mairie. La pergola reprend ce même rythme structurel, tout en respectant les intervalles des baies existantes de la mairie. La hauteur de la pergola vient composer avec la façade pour ne pas entrer en conflit avec les modénatures existantes.

Cette réalisation a été plusieurs fois récompensée : Prix régional et national de la construction bois 2018, Prix Coup de cœur du public et trophée des Maires du Rhône et de la Métropole de Lyon 2018 dans la catégorie architecture.

CONSTRUCTION / BÂTIMENT PUBLIC

Thème
Lieu d’accueil

Essence utilisée
Douglas

Entreprises bois
Scierie Boissif (69), Farjot Toitures (69)

Année de livraison
2017

LIEU
Lamure-sur-Azergues (69)

Site Internet
lamuresurazergues.com fiboisaura.org

Quand le bois dialogue avec la pierre
Comme pour les halles traditionnelles, le bois et la pierre jouent tous les rôles : éléments porteurs, structure et couverture. « C’est la pierre qui porte le bois, qui porte la pierre », déclare Élisabeth Polzella.
La pierre de Villebois (Nord-Isère) constitue les piliers massifs porteurs de la charpente ainsi que les tuiles qui y sont fixées. Cette pierre provient des carrières de la région ; c’est elle que l’on trouve dans la plupart des constructions du Lyonnais. Le Douglas de pays est utilisé pour l’ensemble de la charpente et des supports de la couverture de la halle et de la pergola qui la prolonge devant la mairie. Il confère à la construction un caractère local, en faisant écho aux forêts avoisinantes dont il est issu. « Le Douglas a l’avantage d’être relativement dense et de présenter une forte résistance pour un usage en extérieur », précise l’architecte. En toiture, les fermes moisées, disposées tous les 60 centimètres, constituent un plafond ajouré, acoustique et structurel. Il est à noter que les sections et longueurs employées sont compatibles avec celles fournies en Douglas par les scieries de la région. À cela s’ajoute le verre : disposé au faîtage de la toiture sous forme de tuiles, il offre une transparence à travers la charpente. Il illumine le sol d’éclats de lumière qui évoquent celle, douce et paisible, des sous-bois. Les tuiles de verre, fabriquées sur mesure dans la région, sont aussi un rappel de la rivière Azergues qui coule sous le sol de la halle.

Le Douglas de pays constitue l’ensemble de la charpente et des supports de la couverture de la halle et de la pergola. Il confère au bâtiment un caractère local en faisant écho aux forêts avoisinantes dont il est issu.

Une construction pérenne
Les piliers de pierre, porteurs et d’une seule pièce, sont scellés au sol. Ils reçoivent les sablières de bois massif, chevillées dessus. Celles-ci soutiennent les pannes de la pergola et les fermes de la halle. Les fermes sont en bois massif, moisées, avec assemblages par boulons. Les pannes et pannelettes délardées portent la couverture de tuiles plates en pierre calcaire. La stabilité de la pergola est assurée par des liaisons ponctuelles avec la mairie. Celle de la halle est réglée transversalement par les liaisons des piliers avec le pont. Longitudinalement, les bancs en pierre participent au contreventement des piliers, grâce notamment à leur dossier haut, tandis que les pannelettes lient les fermes. Les pannelettes des tympans sont suspendues et stabilisées par des suspentes de bois : elles sont aussi à l’abri sous des ventelles de pierre calcaire.
Livrée en octobre 2017, la halle est naturellement un lieu central, ouvert, un lieu, donc, de rassemblement. Elle joue, les soirs d’été et dans les petits matins d’hiver, le rôle d’une lanterne, appelant qui pour une fête, qui pour le marché. Vue de l’intérieur, la pierre s’efface et se fond dans le paysage pour valoriser le ciel de bois qu’elle porte sereinement.

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Lamure-sur-Azergues (69)
Maîtrise d’œuvre : Élisabeth Polzella, architecte et mandataire (69) ; Atelier Nao Architectures et Structures Bois (38) ; Gec Rhône-Alpes (69), économiste
Entreprises : Farjot Toitures (69) pour le bois ; Coquaz et Béal (69)
pour la pierre ; Mav’lec Palluault (69) pour la lumière
Surface : 252 m2
Coût du projet : 190 000 € HT (hors foncier, hors voirie et réseaux divers)