L’ENSA Paris-Belleville fait la part belle au bois

Exemple d’aménagement réalisé par les étudiants et installé à l’intérieur même de l’école.

La campagne Cap 2020 est officiellement lancée le 7 septembre 2017,
lors d’une soirée organisée à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville. L’occasion de présenter cet établissement qui donne une place importante au bois dans son enseignement.

Créée en 1969 par Bernard Huet, architecte et urbaniste, et un groupe d’étudiants en architecture de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, l’ENSA Paris-Belleville fait partie des vingt écoles d’architecture placées sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. L’établissement fonde son enseignement depuis le début sur un principe : un socle de connaissances lié à une authentique culture du projet. « Nous sommes convaincus que les fondamentaux, tels que l’histoire de l’architecture, la théorie, le dessin à la main, etc., sont des préalables qui doivent être impérativement acquis, explique François Brouat, directeur de l’école. L’enseignement est bâti sur la convergence du savoir et du savoir-faire, de la théorie et de la pratique. » La recherche est également placée au cœur du dispositif pédagogique de l’ENSAPB ; son laboratoire, Ipraus (Institut Parisien de Recherche, Architecture, Urbanistique, Société), associe et confronte, depuis sa création en 1986, les disciplines du projet architectural et urbain aux sciences de l’homme et de la société. Avec 20 % d’étudiants internationaux et 80 % d’étudiants qui partent à l’étranger, l’école se veut aussi ouverte sur le monde. Elle se distingue par ailleurs par la présence d’une matériauthèque, riche de nombreux docu­ments et d’échantillons, qui met particulièrement l’accent sur les solutions environnementales.
« Le bois occupe une place à part au sein de l’ENSAPB, non seulement à travers un cours magistral et des ateliers, mais aussi une exposition dès octobre 2017. »

Un travail sur des abris réalisés à partir d’éléments triangulaires en bois de 3 mètres sur 3.

Une place de choix pour le bois

À Grande-Synthe (59), les étudiants de l’ENSABP, dirigés par Cyrille Hanappe, leur enseignant, ont livré un bâtiment d’information destiné à l’accueil des migrants.

Le bois occupe une place à part au sein de l’ENSAPB. Il fait l’objet d’un cours magistral, dispensé par Ludovic Bost, qui aborde la thématique bois, de la forêt au réemploi du matériau, en passant par la connaissance de ses caractéristiques. L’enseignant a également mis en place un atelier Maquettes (responsable : Hervé Roux) et un atelier Construction (responsable : Martin Monchicourt), au sein de l’espace dédié au bois : « Ces ateliers permettent aux étudiants de réaliser un projet concret, de sa conception à sa fabrication, ce qui est essentiel pour leur formation », précise Ludovik Bost.
À cela s’ajoute une dimension sociale avec la construction de structures bois dans les camps de migrants. Grâce à ces chantiers grandeur réelle, les étudiants peuvent mettre en pratique leurs connaissances techniques à travers une démarche humaine. Et le bois sera à l’honneur de manière transverse en cette fin d’année 2017 : une importante exposition est consacrée à Lina Bo Bardi, architecte italo-brésilienne qui a beaucoup utilisé le bois dans son travail. La mise en place de cette exposition a réuni un très grand nombre d’enseignants de l’école autour de leur consœur Élisabeth Essaïan pour permettre aux étudiants de produire à la fois le mobilier, les éléments d’aménagement de l’exposition elle-même ainsi que des maquettes… À découvrir à l’ENSAPB, à partir du 26 octobre !

L’ENSAPB en chiffres :
• 1 198 étudiants
• 70 maîtres assistants et professeurs
• 82 enseignants non titulaires
• 32 enseignants chercheurs appartenant au laboratoire
• 15 600 m2 de surface brute sur deux sites
• 10 500 m2 de surface utile, dont 800 m2 pour la recherche

Pour en savoir plus : paris-belleville.archi.fr