Formation

 Formation des architectes et conférences
Le CNDB propose aux architectes une série de conférences pour mieux connaître l’usage du bois dans la construction. Ces rencontres permettent également de monter des réalisations concrètes et de mieux appréhender les différentes utilisations du bois dans l’habitat ou les équipements.

Mobilisation du bois : investir dans la formation des propriétaires
Réalisée par les FOGEFOR (FOrmation à la GEstion FORestière), l’action de formation des forestiers privés dans le cadre du plan de mobilisation vise à fournir à ces derniers les connaissances dont ils ont besoin à double titre : d’une part pour décider de la mise en vente des bois dont ils disposent, choisir un type de coupe en fonction de l’état du peuplement, connaître les bois qu’ils mettent en vente, décider des modalités de leur mise en marché, approcher les principaux ressorts de l’économie du bois et d’autre part de faire connaissance avec les interlocuteurs que sont les acheteurs et transformateurs de bois. Le financement fourni par France Bois Forêt permet de développer tout particulièrement ces aspects ou de mettre en place des stages spécialisés qui sont essentiels pour mener à bien une politique de mobilisation des bois. Démarrées depuis le début de l’année, ces formations ont pris un bon départ puisque 12000 € ont déjà été engagés à ce jour pour une dizaine de cycles sur une enveloppe prévisionnelle de 18000 € pour 2008.

Etude caractérisation clones/peupliers
L’étude qui porte sur les 10 cultivars de peupliers les plus utilisés en France a pour objectif de mieux connaître les qualités du bois en fonction de la génétique et de la station dans laquelle l’arbre a poussé ainsi que d’identifier les meilleurs process industriels de valorisation de ces bois. La synthèse de cette étude a abouti à la réalisation de 10 fiches techniques et d’un document général.

Gestion en futaie irrégulière
Depuis plus de 15 ans, les forestiers privés et publics suivent des dispositifs expérimentaux de conduite de peuplements en futaie par pied d’arbre avec l’objectif d’assurer le meilleur fonctionnement de l’écosystème, de limiter les coûts de sylviculture et d’optimiser la qualité des produits récoltés. Les résultats sont dorénavant suffisamment stabilisés pour permettre l’édition d’un guide technique détaillant les modalités de cette sylviculture particulière.