Environnement

Rendre le classement mécanique des bois plus accessible
L’obligation de marquage CE dans les scieries, depuis le 1er août 2007, induit celle de classer les sciages destinés à la construction selon leurs caractéristiques mécaniques. Des machines existent déjà pour les grosses unités de sciage ; toutes développées par des constructeurs étrangers, elles représentent un investissement lourd pour les petites unités (200 000€ HT). France Bois Forêt soutient deux projets développés localement afin de proposer des alternatives moins coûteuses et répondant aux besoins des professionnels. Le Centre de coopération internationale en agronomie (CIRAD), la CCI de Lozère et Arfobois se sont associés pour proposer une machine de classement capable de répondre aux besoins et aux spécificités des petites et moyennes unités de sciage. La machine Bing, pour le moment à l’état de prototype, représente un véritable intérêt pour les professionnels car moins coûteuse (entre 30 000 et 50 000€) et mieux adaptée à leurs cadences de productions. De son côté, l’APIB (interprofession du Limousin) a réalisé une étude pour permettre aux entreprises de classer mécaniquement leurs sciages de Douglas et de disposer d’éléments de choix techniques. Cette étude a permis de sélectionner 6 machines : la Golden eye 706, la golden eye 702, la Viscan de MICROTEC, la Triomatic de CBS, le Precigrader de DYNALYSE AB, et l’Escan de LUXSCAN. Les dossiers ont été déposés auprès d’un comité européen et retenus pour homologation.

Diffusion en français de « Tackle climat changes »
France bois Forêt a financé la traduction d’un ouvrage présentant l’intérêt du matériau bois dans la lutte contre les changements climatiques. En rappelant que la forêt européenne est gérée durablement, ce document précise comment une utilisation accrue du bois permettrait de contribuer à lutter efficacement contre le changement climatique.

1000 chaufferies bois en milieu rural
France Bois Forêt a appuyé la mise en place du programme « 1000 chaufferies bois en milieu rural ». Ce programme, porté par la Fédération des communes forestières et soutenu par l’Etat et l’ADEME, tend à favoriser l’installation d’une filière bois énergie du local à travers la création d’un millier de chaufferies bois et de réseaux de chaleur dans les communes forestières et rurales. En regroupant ces petites chaufferies par grappes de réalisations au niveau de territoires de projet, ce programme doit permettre de mettre en place une dynamique, des synergies et les conditions d’un approvisionnement sécurisé en quantité, en qualité et en coût.